John Gimbel - Science, technologie et réparations


Books

John Gimbel - Science, technologie et réparations.jpg


Acheter la version papier du livre - Amazon - The Book Patch
John Gimbel - Science, technologie et réparations
Exploitation et pillage dans l'Allemagne d'après-guerre


La plupart des gens ont entendu parler de Werner von Braun et des scientifiques et ingénieurs allemands que les Américains ont amenés aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale dans le cadre du Projet Paperclip. La plupart d'entre eux connaissent aussi la course aux scientifiques allemands qui s'est alors engagée. Ce que pratiquement personne ne semble savoir, cependant, c'est que le Projet Paperclip n'était qu'un des aspects d'un programme beaucoup plus complet et systématique de "réparations intellectuelles" pour exploiter le savoir-faire scientifique et technique allemand, non seulement à des fins militaires mais également pour le bien de la science et de l'industrie américaines. Ce programme qui a débuté à la fin de 1944 est le sujet du présent ouvrage.

Alors que les armées alliées balayaient l'Allemagne de l'Ouest, des équipes de dizaines d'experts américains ont visité des centaines d'établissements de recherche, d'écoles techniques et d'entreprises industrielles allemands ciblés. Ils ont interrogé le personnel, examiné les processus et les produits, pris des photographies et des échantillons, et exigé des dessins, des plans, des rapports de recherche, etc. Mais les objectifs limités et liés à la guerre qu'ils poursuivaient au départ ont rapidement cédé la place aux possibilités de pillage industriel et technologique dans pratiquement tous les domaines de l'expertise allemande, y compris les souffleries, les magnétophones, les combustibles synthétiques et le caoutchouc, les films couleur, les textiles, les machines-outils, les équipements lourds, les céramiques, les verres optiques, les colorants, les microscopes électroniques. Apparemment, l'information recueillie devait être, selon les termes du secrétaire d'État George C. Marshall, "mise à la disposition du reste du monde".

Dans la pratique, cependant, une grande partie de ces documents a été transférée par les consultants scientifiques et les examinateurs de documents directement à leurs propres entreprises et pour leurs propres besoins. Cette histoire n'a jamais été racontée auparavant, et le récit méticuleux mais très lisible de l'auteur est basé sur plus de dix ans de recherches dans des archives publiques et privées allemandes et américaines. Lors de la réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères à Moscou en 1947, V. M. Molotov, ministre des Affaires étrangères de l'Union soviétique, a accusé les États-Unis et la Grande-Bretagne de s'être approprié 10 milliards de dollars en réparations sous forme de brevets et autres connaissances techniques. Le secrétaire d'État Marshall a furieusement nié l'accusation, mais aucune évaluation précise n'a jamais été publiée par le gouvernement américain. Sur la base de ses recherches, l'auteur conclut que le chiffre de 10 milliards de dollars qualifié d' "extravagant" par les fonctionnaires du département d'État n'est probablement pas loin de la vérité.


Didi18 - Ungraindesable
John Gimbel - Science, technology, and reparations

Kalixt de Wolski - La Pologne André Chaumet - Peuples et patries socialistes
WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius