Otto Abetz - Pétain et les allemands


Books

Otto_Abetz_Petain_et_les_allemands.jpg


Otto Abetz - Pétain et les allemands
Mémorandum d'Abetz sur les rapports Franco-Allemands


Abetz.jpgL'ambassadeur allemand Otto Abetz à Paris durant la Seconde Guerre mondiale.

Badois ayant étudié à Karlsruhe, il devient professeur d'art et de biologie dans une école de filles. Francophile, il s'implique dans le développement de l'entente franco-allemande.
En 1930, il fonde un cercle de discussion franco-allemand à Sohlberg qui permet la rencontre de jeunes des organisations de jeunesse allemande et française, réunion se déroulant dans une auberge au Sohlberg qui édite un magazine dont le président est Otto Abetz et dont les participants du côté français sont des hommes aussi divers que Jean Luchaire, Bertrand de Jouvenel ou Pierre Brossolette.
Abetz était apprécié parmi ses invités français, qui estimaient que celui-ci totalement dévoué à la nécessaire réconciliation franco-allemande mise en place suite à la Première Guerre mondiale. Durant cette période, Abetz est proche des positions socialistes et pacifistes. Durant l'entre-deux guerres, Abetz s'intéresse au nazisme dont il partage les positions en politique étrangère.

Durant les premières années du régime national socialiste, Abetz essaie de propager l'idéologie du NSDAP dans les milieux intellectuels français, mais il est expulsé de France durant l'été 1939. Après la défaite de la France, Abetz revient en France, mais cette fois en qualité d'ambassadeur de l'Allemagne le 3 Août 1940, il conserva ce poste jusqu'en 1944. Il travailla à mettre en place une politique de collaboration. Dès l'été 1940, il organise la réappropriation des biens accaparés par les puissantes familles juives et sauve de multiples œuvres d'arts des clans Seligmann, Wildenstein, Alphonse Kahn, Rosenberg, Bernheim, Maurice et Robert de Rothschild, James Armand, Maurice Dreyfus, Raymond Lazard, etc…
En Juillet 1949, le tribunal militaire de Paris le condamna, malgré la plaidoirie de l'avocat Floriot, à 20 ans de travaux forcés pour crimes de guerre, en particulier pour son rôle dans l'organisation de l'expulsion des juifs de France.
Il fut libéré en avril 1954. Il "trouva" la mort avec son épouse en 1958 dans un "accident" de voiture.


Léon Degrelle - Le Pardo
Ouvrages sur Vichy
Ouvrages sur le Troisième Reich
Ouvrages sur la Seconde guerre mondiale
Ouvrages sur le Fascisme

Benjamin Bayart - L'Internet peut-il casser des Julius Evola - El "misterio hiperbóreo"
WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius