The Savoisien

Exegi monumentum aere perennius

Books

Saturday, December 25 2021

Alexandre Soljenitsyne - Les Protocoles de Sion se réalisent sous nos yeux




Alexandre Soljenitsyne
Les Protocoles de Sion se réalisent sous nos yeux

Les protocoles de Sion sont nécessaires pour ceux qui souhaitent comprendre le monde dans lequel nous vivons. Ils présentent une haine pathologique pour les non-juifs (et en particulier les chrétiens et les musulmans) et un désir de les saper et de les exploiter. Les protocoles faisaient partie d’une «initiation» pour les juifs maçonniques de 33 degrés. La plupart des Juifs ignorent ce programme et sont donc facilement manipulés. «L’antisémitisme nous est indispensable dans la gestion de nos petits frères».

Selon ces protocoles : Il reste un petit espace à traverser avant que tous les états d’Europe ne soient enfermés dans les serpentins du serpent symbolique, par lequel nous symbolisons notre peuple, comme dans un puissant vice.

La preuve que les Protocoles de Sion sont authentiques est que la plupart d’entre eux sont devenus réalité.

Le gouvernement mondial est leur « Super État ».





Le prix Nobel Alexandre Soljenitsyne a écrit, à propos de ces protocoles :

« Les officiers exécutés (durant la Révolution) étaient Russes, comme étaient Russes les nobles, les prêtres, les moines, les députés – assassinés. Dans les années 1920, les ingénieurs et les savants d’avant la Révolution furent exilés ou tués. Ils étaient Russes : des Juifs prirent leur place. Dans le meilleur Institut Psychiatrique de Moscou, les membres dirigeants furent exilés ou arrêtés – leurs places furent prises par des Juifs. Des médecins juifs influents bloquèrent l’avancement de la carrière de chercheurs russes en sciences médicales. Les meilleurs éléments des élites intellectuelles et artistiques du peuple russe furent assassinés, tandis que les Juifs croissaient et embellissaient, dans ces années terribles (pour les Russes…) ».

Alexandre Soljenitsyne a analysé les Protocoles des Sages de Sion. Il produisit cette analyse en 1966. Il n’a pas publié sa recherche sur les Protocoles des Sages de Sion. Il a demandé que cette étude ne soit publiée qu’après sa mort. C’est contre sa volonté qu’elle fut imprimée en un nombre très réduit d’exemplaires, en 2001.

Voici ce qu’écrit Soljenitsyne :
« Les Protocoles exposent le plan d’un (nouveau) système social. Son dessein se situe bien au-dessus des capacités d’une âme ordinaire, y compris celle de son auteur. Il s’agit d’un processus dynamique en deux étapes, de déstabilisation, d’augmentation des libertés et du libéralisme, qui trouve son apogée dans un cataclysme social, au premier stade ; la seconde étape voyant se mettre en place une nouvelle hiérarchisation de la société. Ce qui est décrit est plus complexe qu’une bombe nucléaire. Il pourrait s’agir d’un plan volé et gauchi, formé par un esprit de génie. Son style putride de brochure antisémite cauteleuse en obscurci(rai)t (intentionnellement) la grande force de pensée et la vision pénétrante ».

Il poursuit : « Le texte démontre une clarté de vision impressionnante en ce qui concerne les deux systèmes sociétaux : le système occidental et le système soviétique. Si un puissant penseur, en 1901, pouvait prédire le développement de l’Occident avec quelque vraisemblance, comment aurait-il pu entrevoir le futur soviétique ? »


Voici quelques extraits des protocoles, très troublants d’actualité, tels que les relate Alexandre Soljenitsyne :

« Les esprits des gens doivent être détournés (de la contemplation) vers l’industrie et le commerce : dès lors, (les gens) n’auront plus le temps de penser. Les gens se consumeront à la poursuite de l’argent. Ce sera une poursuite vaine, car nous bâtirons l’industrie sur une base spéculative : les richesses tirées de la terre par l’industrie glisseront entre les mains des travailleurs et des industriels et se retrouveront entre celles des financiers ».

« La lutte – intensifiée – pour la survie et la supériorité, accompagnée de crises et de chocs, créera des communautés froides et sans cœur, avec une forte aversion envers la religion. Leur seul guide sera celui de Mammon, auquel ils voueront un véritable culte ».

« Il est une puissante force qui crée le mouvement de la pensée, dans le peuple : cette force, ce sont les journaux. C’est dans les journaux que le triomphe de la liberté de parole trouve son incarnation. Au moyen de la Presse nous avons conquis le pouvoir d’influencer les esprits tout en demeurant inaperçus. Nous éradiquerons de la mémoire des Hommes les faits historiques dont nous ne désirons pas qu’ils les connaissent, et nous ne laisserons perdurer que ceux qui nous conviennent ».

Or que s’est-il passé un siècle après la publication de ce document ? Comme le dit Soljenitsyne : « Il faudra que quatre-vingts ans se passent, avant que Milton Friedman et son École de Chicago n’intronisent les dieux Marché et Profit en seuls flambeaux guidant le monde ».

Alexandre Soljenitsyne note également qu’un «siècle avant l’avènement de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International, les Protocoles notaient que les prêts sont le meilleur moyen pour déposséder des pays de leurs richesses ; que les marchés financiers, avec leurs multiples produits dérivés, ponctionnent la richesse et l’accumulent entre les mains des prêtres de Mammon ; que le gain (les forces du marché) est la seule mesure du succès de toute stratégie ».

Le passage le plus époustouflant est celui où Soljenitsyne montre qu’il a parfaitement compris la logique dévastatrice qui anime la pensée moderne : « Les Protocoles prédisent l’apogée de la Nouvelle Bourgeoisie - l’apogée des adorateurs de Mammon, partisans de la mondialisation, viscéralement hostiles aux Anciennes Élites, à l’Esprit, à la religion, aux gens ordinaires. Très longtemps, ils furent les moteurs de la gauche, des mouvements aspirant à la démocratie : jusqu’à ce que leur objectif soit atteint - après quoi, ils négocièrent leur grand virage en épingle à cheveux, direction : l’oligarchie ».

Nous lisons bien : « Ils furent les moteurs de la gauche » et « ils négocièrent leur grand virage en épingle à cheveux, direction : l’oligarchie ».

Voici un autre extrait que rapporte Alexandre Soljenitsyne des protocoles « Tant que les emprunts étaient nationaux, on assistait à un déplacement d’argent de la poche de leurs sujets pauvres dans celles des riches. Mais à partir du moment où nous eûmes acheté les hommes nécessaires pour qu’on ait recours aux emprunts étrangers, toutes les richesses des États affluèrent dans nos caisses… » « Ils périront immanquablement de la saignée qu’ils s’imposent».

Alexandre Soljenitsyne présente alors la conclusion de l’auteur des Protocoles des Sages de Sion : « Les États recourront de plus en plus à l’emprunt ruinant les populations » et, souligne le document analysée par Alexandre Soljenitsyne : « la vénalité de leurs ministres ou leur ignorance des questions financières nous ont asservi les peuples en leur faisant contracter envers nous des dettes dont ils ne pourront jamais s’acquitter, ce qui a placé toutes les questions financières sous notre direction… »

Mais le meilleur est pour la fin, puisque Alexandre Soljenitsyne dévoile le projet de réforme des institutions financières mondiales. Alexandre Soljenitsyne relate en effet : « La période des emprunts qui vint ensuite mangea les restes, et la banqueroute s’ensuivit pour tous ces États. Vous comprenez bien qu’un tel système de gestion financière, inspiré par nous, ne saurait nous convenir. Quand nous serons en possession du pouvoir, nous déguiserons la réforme des bases financières… que nous projetons sous un aspect qui n’éveillera les soupçons de personne. Nous démontrerons la nécessité de ces réformes en divulguant l’état chaotique des finances (des États) ».

En définitive Alexandre Soljenitsyne conclut : « C’est un compte rendu parodique d’un plan satanique, subtil et très bien conçu ».

Ainsi l’analyse que fit en 1966 Alexandre Soljenitsyne des Protocoles des Sages de Sion nous présente presque trait pour trait notre situation actuelle.
Mais « motus et bouche cousue », il ne faut surtout pas en parler, ce serait faire le jeu des antisémites. Le chantage à l’antisémitisme est décidément devenu le grand verrou qui empêche tout exercice de la pensée.


Réécrire l’histoire : Selon Alexandre Soljenitsyne, Les Protocoles de Sion se réalisent sous nos yeux

Roger Lambelin - Protocoles des sages de Sion
Sergei Nilus - Les Protocoles des sages de Sion
Karl Bergmeister - Le plan juif de conspiration mondiale
Herman De Vries De Heekelingen - Les Protocoles des Sages de Sion constituent-ils un faux ?

Protocoles des sages de Sion - PDF


Tuesday, December 21 2021

Message de Vincent Reynouard - 21 décembre 2021

Message de Vincent Reynouard.jpg


Message de Vincent Reynouard

Le dimanche 19 décembre 2021, à 22h31, heure de Paris, après presque deux mois entiers de silence, Vincent Reynouard, toujours en clandestinité, a enfin donné de ses nouvelles pour rassurer tous ceux qui s’inquiétaient depuis sa disparition le lundi 25 octobre de son ex-appartement du Grand Londres. Voici le texte qu’il a écrit pour ses amis et soutiens et qu’il souhaite faire paraître en exclusivité dans RIVAROL.
C’est un très beau cadeau de Noël qu’il nous fait, même si, bien sûr, rien pour lui n’est réglé sur le fond et sa situation reste évidemment très précaire car il est toujours recherché activement par la police britannique, agissant, semble-t-il, sur demande des autorités françaises en vue de son extradition. Rappelons qu’il a été condamné à 29 mois de prison ferme par la justice française depuis son exil au Royaume-Uni le 16 juin 2015 . Il a plus que jamais besoin de nos prières.

Chers Amis,
Je vous donne enfin de mes nouvelles. Après avoir échappé de justesse à une arrestation, je vais très bien. Je suis logé dans une petite chambre et, le soir, je travaille quelques heures dans un établissement. Le 25 octobre, deux inspecteurs ont frappé à la porte de mon domicile pour « parler à Vincent Reynouard ». Des inspecteurs qui veulent vous parler, je connais. En juillet 2010, à Bruxelles, deux inspecteurs m’avaient demandé de les suivre pour me parler et signer un papier. Je les ai suivis, j’ai signé. Le soir, je dormais en prison... Le 25 octobre dernier, j’ai donc joué le tout pour le tout en niant être Vincent Reynouard. J’ai expliqué qu’il était en France et qu’il reviendrait dans deux ou trois jours. Les inspecteurs sont repartis. Mais dix minutes après, ils tambourinaient à la porte avant de l’ouvrir, je ne sais comment. J’ai juste eu le temps de prendre une paire de chaussures et un disque externe de secours que je tenais prêt en cas d’urgence, et j’ai fui par derrière. J’ai dévalé l’escalier, sauté par-dessus un vélo qui obstruait les dernières marches, puis j’ai couru jusqu’à un jardin public. Là, je me suis débarrassé de la veste que les inspecteurs avaient vue, j’ai récupéré un masque facial qui traînait au sol et je suis parti vers le village voisin. Jusqu’au soir, j’ai erré... Je vivais un véritable film !
Une amie anglaise m’a recueilli. Au bout de trois semaines, elle m’a trouvé un travail chez un ami patron informé (partiellement) de ma situation, donc qui me paye en numéraire. J’ai ainsi pu m’acheter le strict nécessaire pour vivre (des sous-vêtements, un manteau, un pantalon, du nécessaire de toilette, une bouilloire et un bol...). Matin, midi et soir, je mange des Weetabix (NDLR : céréales de blé complet) avec du lait en poudre, car cela ne nécessite ni réfrigérateur, ni préparation, et c’est compact.
Combien de temps cela va-t-il durer ? Je l’ignore. Dans ma situation, je vis au jour le jour. Des amis ont débarrassé l’appartement où je vivais et ont entreposé mes affaires dans un endroit sûr qui m’est inaccessible.
Malgré tout, je ne regrette rien. Cette vie, je l’ai choisie. Je savais à quoi je m’exposais. Je m’étais toujours demandé ce qu’avaient pu ressentir les vaincus qui, en 1945, fuyaient après avoir tout perdu. Bien que ma situation soit infiniment moins tragique, je le vis un peu. L’expérience m’enthousiasme. Car le fait de vivre au jour le jour et de m’en remettre totalement à la Providence me donne une sensation de liberté immense, quasi infinie. Pour me reposer, n’ayant que très peu de moyens de distraction, je médite. Ces deux dernières années, j’avais beaucoup lu à ce sujet, mais sans jamais pratiquer, car entre mes cours et mes vidéos, je vivais à cent à l’heure. Désormais, seul dans ma chambre, je pratique.
Bref, je suis très heureux et je comprends parfaitement l’enseignement traditionnel selon lequel la situation extérieure n’est rien, c’est la façon dont l’esprit réagit qui est tout. A 52 ans, sans famille et recherché, je vis comme un étudiant désargenté. Je passerai Noël seul dans ma chambre, avec mes trois Weetabix et mon bol de thé. Je pourrais vouloir me pendre. Je pourrais me consumer dans la haine de mes adversaires. Or, mes adversaires, je n’y pense jamais ; ils n’ont été et ne sont que des instruments de la Providence. Encore une fois, je savais à quoi je m’exposais.
Je me souviens du professeur Faurisson qui, dans ses premières lettres, m’écrivait : « Vous compromettez gravement votre avenir ». Un jour, il me dit : « Attendez d’obtenir votre diplôme avant de vous lancer dans le combat ». Je lui répondis : « Professeur, vous me dites d’attendre d’avoir mon diplôme pour entrer dans le combat. Ensuite, vous me direz : attendez d’avoir une situation. Puis vous me direz : attendez d’avoir une épouse. Puis vous me direz : attendez d’avoir une famille. Puis vous me direz : attendez que vos enfants soient grands... Si je ne m’engage pas à vingt ans, je ne m’engagerai jamais. » Des années plus tard, le professeur Faurisson me dit : « Votre réponse m’a frappé. J’ai alors compris que la relève était assurée. » Trente ans plus tard, je suis heureux d’avoir assuré cette relève. Quant à l’envie de me pendre, à l’heure où j’écris, je n’ai jamais autant aimé la vie. Certains me diront : « Certes, mais à la différence de l’étudiant désargenté, votre vie est derrière vous. » Erreur ! La vie est toujours devant soi quand on a pris conscience de l’essentiel. Dans le domaine de l’esprit, j’ai encore tant à apprendre, tant à découvrir... Et même si, demain, je me retrouve en prison, cela ne m’empêchera pas de vivre cette aventure de l’esprit qui, malgré quatre murs emprisonnant le corps, vous ouvre des horizons infinis.
J’ajoute qu’en prison, j’écrirai mes mémoires. Cette année a marqué le trentième anniversaire de mon premier procès et de ma première condamnation pour révisionnisme. C’était en novembre et en décembre 1991. L’année prochaine marquera les 25 ans de ma révocation de l’Éducation nationale. C’était le 23 avril 1997. Dans la tranquillité de ma cellule, avec le gîte et le couvert assurés, je disposerai de tout le temps nécessaire. Je raconterai tout, détails à l’appui, avec de nombreuses anecdotes que je n’ai jamais dévoilées dans mes écrits ni dans mes vidéos. En voici quelques-unes.
Le 7 mai 1990, j’ai distribué des tracts révisionnistes dans les cités universitaires de Caen. J’étudiais alors la chimie à l’école d’ingénieurs de la ville, située à la frontière du campus. Deux jours après, la France apprit la profanation du cimetière de Carpentras. Dans la fièvre qui suivit, ma distribution de tract fut considérée comme une provocation insupportable. Des journalistes de la télévision locale vinrent à mon école pour m’interroger. J’acceptais. Panique dans les locaux. Le soir, un fragment de l’entretien fut diffusé au journal régional. L’école me fit passer en conseil de discipline pour « salissure de sa réputation ». Elle me renvoya un an, dont neuf mois avec sursis, la peine devant être effectuée l’année scolaire suivante. La décision était illégale. L’école le savait, aussi refusa-t-elle de me la notifier. Un de mes amis retraité, qui avait étudié le droit, me dicta un recours en annulation à déposer devant le tribunal administratif. Je suivis son conseil. Le soir, le téléphone sonna. « - Monsieur Reynouard ? », dit une voix. « Oui. », répondis-je. « - Vous avez déposé un recours devant le tribunal administratif ? » « - Oui. » Seul mon ami retraité le savait. Je me dis qu’il devait s’agir d’un journaliste. La voix continua : « - Le recours sera rejeté, car il est mal rédigé. Je vais vous dire comment il faudrait le rédiger. » Je pris un stylo et notai sous la dictée. « - Vous avez bien noté ? » fit la voix. « Oui. » « - Alors au revoir. » La personne raccrocha. Je téléphonai à mon ami ; il me conseilla de suivre le conseil anonyme, ce que je fis. Lorsque l’affaire vint à l’audience, le premier recours fut effectivement rejeté pour vice de forme, et le tribunal me donna raison sur le second. Il ordonna ma réintégration immédiate dans l’établissement. J’en déduisis qu’au tribunal administratif de Caen, les révisionnistes avaient un allié. La personne ne s’est jamais manifestée...
A une ou deux autres reprises, je fus aidé en justice. En 1999 ainsi, alors que j’avais été condamné à de la prison ferme pour la diffusion du Rapport Rudolf, la cour d’Appel laissa passer le délai de prescription. J’évitai ainsi les amendes et la prison. L’avocat de la partie civile qui plaidait contre moi était furieux. Il lâcha : « Je n’arrive pas à croire que le dossier ait été oublié. » Avec Maître Delcroix, nous sortîmes tout joyeux du Tribunal. Il me dit alors d’un air malicieux : « Je crois qu’une bonne âme a discrètement placé votre dossier sous la pile. »
Je raconterai d’autres anecdotes cocasses. Ainsi cet inspecteur de la ville de Honfleur chargé de m’arrêter et de m’interroger. Son nom figurait sur la porte de son bureau : « Philippe Enriot ». J’éclatai de rire : « Très honoré d’être interrogé par Philippe Enriot ». « - Il n’y a pas de H à mon nom ! » me répondit-il un peu vexé. Quant à la juge chargée, en 2010, de me signifier mon incarcération à la prison de Valenciennes, elle s’appelait Émilie Joly. Ayant pu constater ma personnalité, l’inspecteur qui m’avait réceptionné à la frontière française me dit : « Je vois que vous avez le sens de l’humour. Alors je vous préviens, la juge s’appelle Émilie Joly, mais je vous déconseille de faire une remarque sur son nom, elle n’apprécierait pas ! »
Quelques années auparavant, une juge d’instruction m’avait placé sous contrôle judiciaire avec plusieurs obligations. Dans son bureau se trouvaient plusieurs étudiants en droit venus assister à la scène. Visiblement très honorée, la juge me toisait. Sachant que j’étais professeur particulier, elle me dit : « Parmi les obligations, l’interdiction de donner des cours à des mineurs. » « - Des mineurs d’âge ou de profession ? » fis-je tout sourire. « Monsieur Reynouard ! » dit-elle excédée.
A Bruxelles, l’inspecteur qui s’occupait des affaires de révisionnisme s’appelait Cornélis. Lors d’un interrogatoire, il me demanda, les yeux fixés sur son écran d’ordinateur : « Avez-vous conscience de violer la loi ? » « - Naturellement » répondis-je. Il interrompit la frappe, leva les yeux et me fixa. « - J’ai dit quelque chose de mal ? » « - Non, répondit-il. Mais c’est si rare de voir des gens qui assument leurs actes ». J’ai toujours assumé, car dire la vérité n’est pas une honte, c’est un honneur, surtout lorsque la vérité est bannie. M. Cornélis m’appréciait. Un jour, il arriva vers 7 h 30 pour me perquisitionner. Je partais emmener mes enfants à l’école. Je lui dis : « Commencez sans moi, inspecteur, vous savez où c’est ! » « - Je ne peux pas, me dit-il, ce serait illégal. » « Mais je dois emmener mes enfants à l’école ! » L’inspecteur se tourna vers l’un de ses subordonnés et lui demanda de prendre la voiture pour emmener mes enfants. Le soir, ceux-ci revinrent tout excités : « On a été dans la voiture de Police, il y avait plein de boutons partout ! » Une autre fois, l’inspecteur arriva plus tard, alors que j’allais conduire mon épouse et deux de mes enfants chez le médecin. Là encore, il demanda à un subordonné de le faire pour moi. Mon épouse me raconta qu’une fois arrivée chez le médecin, le subordonné lui dit : « A quelle heure dois-je venir vous rechercher ? » Elle le remercia de son amabilité et lui dit qu’elle rentrerait en transport en commun.
L’inspecteur Cornélis était correct avec moi car j’étais correct avec lui. Un jour, je lui dis : « Vous faites votre travail de fonctionnaire de l’État, c’est normal. Si, demain, j’arrivais au pouvoir, vous ne seriez nullement inquiété, vous pourriez rester à votre poste. » C’était sincère. Je dénonce l’Épuration perpétrée en 1945, ce n’est pas pour en souhaiter une si j’étais le plus fort. Mon objectif n’est pas d’écraser mes ennemis, car en tant que non-violent (physique et intellectuel), je fais mienne cette devise de Lanza del Vasto : « Vous avez vraiment vaincu un ennemi quand vous vous en êtes fait un ami. »
Si je suis arrêté, extradé et incarcéré, dans le calme de ma cellule, je raconterai tout cela... je raconterai le trou percé, avec mon fils aîné, dans le mur du mon bureau afin d’y récupérer des affaires sans briser les scellés que la Police avait posés sur la porte. D’un côté et de l’autre du mur, il y avait une bibliothèque. Le trou put donc être masqué. Les policiers n’y ont vu que du feu. Ils avaient mis sous scellés des cartons pleins de livres ; une semaine après, ils emportèrent des cartons aux trois quarts vides.
Je raconterai aussi des anecdotes personnelles. Un jour, mon fils aîné me dit : « Quand on raconte à nos copains nos vacances avec toi, ils nous répondent qu’ils n’en ont jamais eu de pareilles. » Nos vacances étaient en effet particulières. Une année, nous avions organisé un concours avec un prêtre : c’était à celui qui trouverait la plus vieille tombe lisible. Nous arpentions les vieux cimetières. Un jour, nous vîmes un mausolée appartenant à une famille noble. L’intérieur avait l’air magnifique, mais la porte était fermée à clé, avec une serrure passablement rouillée. J’avais appris à ouvrir ce genre de serrure. J’ouvris la porte et nous entrâmes. L’intérieur était effectivement très beau : c’était la réplique en miniature d’une église. Derrière l’autel, un accès au sous-sol. Nous y allâmes. Posés simplement sur le sol, les cercueils étaient là. Le dernier enterrement remontait aux années 1960. Tout était plein de poussière, le spectacle était digne d’un film fantastique. Nous partîmes après avoir fait une prière et sans rien toucher...
Lorsque je regarde en arrière, je ne regrette rien. La vie m’a tant appris. Et même jeté en prison, j’aurais encore beaucoup à vous offrir. Pour l’heure, je vous souhaite à toutes et à tous de saintes fêtes de Noël.

Vincent REYNOUARD.
RIVAROL 3499 - Numéro de Noël 2021


Rivarol - PDF
Vincent Reynouard - PDF

rivarol.com

Friday, December 17 2021

Le nouveau rapport de la CIA - 2009

Le nouveau rapport de la CIA 2009.jpg


Alexandre Adler - Le nouveau rapport de la CIA
Comment sera le monde en 2025 ?

Ce rapport est issu du site Internet de la CIA et fait partie d’un document du «National Intelligence Council»


Annonçant avec une précision stupéfiante le monde dans lequel nous vivons – jusqu'au complot juif mondial du Coronavirus – ce rapport de la CIA nous donne à la fois les clefs pour comprendre et les armes pour percer à jour la juiverie internationale.


Conspiration - PDF
CIA - PDF


Adler Alexandre - Le rapport de la CIA - 2005
Comment sera le monde en 2020 ?
Adler Alexandre Le rapport de la CIA.jpg


Le déclenchement possible d’une pandémie mondiale

L’apparition d’une nouvelle maladie respiratoire humaine virulente, extrêmement contagieuse, pour laquelle il n’existe pas de traitement adéquat, pourrait déclencher une pandémie mondiale. Si une telle maladie apparaît, d’ici à 2025, des tensions et des conflits internes ou transfrontaliers ne manqueront pas d’éclater. En effet, les nations s’efforceront alors - avec des capacités insuffisantes - de contrôler les mouvements des populations cherchant à éviter l’infection ou de préserver leur accès aux ressources naturelles.

L’apparition d’une pandémie dépend de la mutation génétique naturelle, de la recombinaison de souches virales déjà en circulation ou encore de l’irruption d’un nouveau facteur pathogène dans la population humaine. Les experts voient dans les souches hautement pathogènes de la grippe aviaire telles que le H5N1 des candidats probables à ce type de transformation, mais d’autres agents pathogènes, comme le coronavirus du SRAS et diverses souches de la grippe, auraient les mêmes propriétés.

Si une maladie pandémique se déclare, ce sera sans doute dans une zone à forte densité de population, de grande proximité entre humains et animaux,Si une maladie pandémique se déclare, ce sera sans doute dans une zone à forte densité de population, de grande proximité entre humains et animaux, comme il en existe en Chine et dans le Sud-Est asiatique où les populations vivent au contact du bétail. Des pratiques d’élevage non réglementées favoriseraient la circulation d’un virus comme le H5N1 parmi les populations animales - augmentant les chances de mutation d’une souche susceptible de provoquer une pandémie. Pour se propager rapidement, il suffit que la maladie apparaisse dans des régions à forte densité humaine.

Dans un tel scénario, la maladie tarderait à être identifiée si le pays d’origine ne disposait pas des moyens adéquats pour la détecter. Il faudrait des semaines pour que les laboratoires fournissent des résultats définitifs confirmant l’existence d’une maladie risquant de muter en pandémie. Entre-temps, des foyers se déclareraient dans des villes du Sud-Est asiatique. En dépit de restrictions limitant les déplacements internationaux, des voyageurs présentant peu ou pas de symptômes pourraient transporter le virus sur les autres continents.

Les malades seraient de plus en plus nombreux, de nouveaux cas apparaissant tous les mois. L’absence d’un vaccin efficace ou d’immunité dans le reste du monde exposerait les populations à la contagion. Dans le pire des cas, ce sont de dix à plusieurs centaines de millions d’Occidentaux qui contracteraient la maladie, et les morts se compteraient par dizaines de millions. Dans le reste du monde, la dégradation des infrastructures vitales et les pertes économiques à l’échelle mondiale entraîneraient l’infection d’un tiers de la population du globe et la mort de centaines de millions d’êtres humains.

Saturday, December 4 2021

Covid, conspiration, vaccin - Jacques Largeaud - Curotherapie



Covid, conspiration, vaccin - Comprendre et réagir
Jacques Largeaud - Curotherapie


Voici la vérité sur le covid, le vaccin et la conspiration, ainsi que ce que l'on peut faire pour en finir avec tout cela. 30 minutes pour tous comprendre.
Pour le moment, ni les médecins, ni les juristes, ni les complotistes, ni les artistes, ni les routiers, ni les commerçants... n'ont pu faire quelque chose et pourtant ON PEUT AGIR.


Curotherapie - Crowd Bunker
curotherapie.com
Jacques Largeaud - Youtube

Médecine - PDF
Pour plus d'informations


Curotherapie.jpg

Thursday, December 2 2021

Rivarol - Pas d'affolement, Vincent a plus d'un tour dans son sac !

Rivarol Vincent Reynouard.jpg


Rivarol - Pas d'affolement, Vincent a plus d’un tour dans son sac !


RIVAROL : Vous êtes la dernière personne à avoir vu à son domicile londonien Vincent Reynouard avant sa fuite et sa disparition le lundi 25 octobre dernier en milieu d’après-midi. Vous l’avez quitté seulement deux heures avant la descente de la police. Pouvez-vous nous raconter le pourquoi et le comment de votre visite à Londres au militant révisionniste et pouvez-vous nous relater par le menu les 72 dernières heures de Vincent avant les événements du 25 octobre vers 16 h., heure de Londres ?

VALENTIN, responsable des Éditions Critias : Cela fait désormais quelques années que je collabore avec Vincent Reynouard. Au fil des années, nous sommes devenus amis proches et nous nous fréquentions très régulièrement lorsque j’habitais moi aussi à Londres, jusqu’à la crise du Covid.
Fin octobre, j’ai décidé de rendre visite à Vincent, que je n’avais pas vu depuis près d’un an. Il n’était, initialement, pas question de faire une vidéo d’entretien mais seulement de lui rendre une visite de courtoisie le temps d’un week-end. Quelques jours avant mon arrivée, Vincent m’appelait et me proposait de faire une vidéo d’entretien, dans laquelle il dévoilerait à la caméra ses conditions de vie étonnantes. D’abord réticent, j’ai accepté, et nous nous sommes immédiatement mis au travail. Vincent tenait beaucoup à réaliser cette vidéo. Je suis arrivé le vendredi en fin d’après-midi. Le samedi a été entièrement consacré au tournage de la vidéo sur la vie de Vincent, établissant une liste de questions, réalisant des plans, etc.
Le lendemain, nous avons travaillé sur le montage de la vidéo. Pour cette vidéo d’environ une heure vingt, nous avons dû passer un peu moins d’une dizaine d’heures au montage. Il faut savoir que les vidéos de Vincent, très travaillées, prennent beaucoup plus de temps. Pour l’avoir assisté un temps, je peux vous affirmer qu’il n’exagère pas quand il affirme passer son temps à travailler. Le public, en général, n’imagine pas la quantité de travail nécessaire à la réalisation d’une vidéo richement documentée et illustrée, telle que Vincent a l’habitude de faire.
Nous avons donc publié la vidéo du lundi 25 octobre en fin de matinée, vers 11h, heure de Londres, sur YouTube et sur le compte Gab de Vincent. Je partais ensuite à l’aéroport vers 14h et me rendis compte, une fois le réseau WiFi retrouvé à l’aéroport, que Vincent avait essayé de m’appeler une fois à 15h44, sans succès. J’essaie-rais ensuite de le joindre cinq fois en une heure, mais il ne répondrait pas. La cinquième fois, l’appel allait être carrément rejeté. Cela n’est pas dans les habitudes de Vincent, je pressentais qu’il se tramait quelque chose d’inhabituel. C’est au soir, en rentrant chez moi, que j’ai appris la disparition de Vincent et la visite des policiers. Je tiens à rassurer nos lecteurs : nous sommes certains que ce sont des policiers qui ont rendu visite à Vincent, ce jour-là. Il a réussi à leur échapper. Aujourd’hui, tout laisse à penser qu’il essayait de me joindre une dernière fois avant de fuir la police et d’abandonner son téléphone.

R. : Voilà maintenant cinq semaines complètes que nous n’avons absolument aucune nouvelle de Vincent, fûtce de manière indirecte ou subliminale. Sachant que Vincent donne en général des nouvelles, des signes de vie, ce silence total qui se prolonge n’est-il pas alarmant ? Quelles sont les différentes hypothèses, les divers scénarios possibles ? Vous qui le connaissez bien, êtes-vous confiant, et si oui pour quelles raisons ?

V. : À vrai dire, ce n’est pas la première fois que Vincent disparaît ainsi. Peut-être était-il moins connu à l’époque, mais il s’est déjà volatilisé pendant plus de deux mois, avant de réapparaître sur son lieu d’exil, en Angleterre. C’était en 2015. Plus tard, dans une vidéo, Vincent raconterait qu’il était hébergé chez un ami en Belgique. Il n’avait alors donné de signe de vie à personne, pas même à ses plus proches amis. Vous-même, qui connaissiez alors Vincent depuis une quinzaine d’années, ne saviez pas où il était. Aujourd’hui, cela fait cinq semaines que nous sommes sans nouvelles. Je pense qu’il est beaucoup trop tôt pour s’alarmer. Nous ne devons pas sous-estimer Vincent, qui a plus d’un tour dans son sac. Il doit chercher à rester discret pour le moment, mais je n’ai pas beaucoup de doutes sur le fait qu’il se manifestera tôt ou tard. Peut-être pas dans les semaines à venir, certes, mais nous ne devons pas tomber dans la panique ou la paranoïa. Nous devons continuer à relayer son travail et ne pas céder à la peur. Je pense également que le manque de communication et d’informations directes autour de la disparition de Vincent ne joue pas en notre faveur. Cela nourrit des fantasmes et laisse envisager le pire. C’est pourquoi j’ai accepté votre demande d’interview.

R. : D’après vous, Vincent avait-il sérieusement envisagé cette brusque incursion de la police à son domicile londonien ou, du fait qu’il n’y a pas actuellement de loi anti- révisionniste au Royaume- Uni, se pensait-il relativement à l’abri ? Pensez-vous qu’il avait un plan précis en tête en cas de descente de la police chez lui ? Avait-il songé sérieusement à une cavale, à une longue période de clandestinité ?

V. : En décembre 2020, Vincent a déposé une demande auprès des autorités britanniques pour avoir le statut de résident permanent (avec sa vraie adresse postale), et avoir ainsi le droit de rester au Royaume- Uni après le Brexit. Il a déjà expliqué cela dans une vidéo. Parmi les questions auxquelles le candidat au statut de résident permanent doit répondre, il y avait celleci : « Avez-vous des condamnations non purgées dans d’autres pays ? ». Par honnêteté, et aussi parce qu’il se pensait en sécurité dû au fait qu’il n’y a pas en effet de lois anti-révisionnistes en Grande-Bretagne, Vincent a répondu “oui”.
Le délai moyen pour obtenir une réponse du ministère de l’Immigration à ce genre de demande est de trois mois. En octobre 2021, soit plus de dix mois après sa demande officielle, Vincent n’avait toujours reçu aucune réponse. Il savait que cela ne jouait pas en sa faveur et subodorait un refus. Nous en étions venus à la conclusion suivante : les autorités britanniques ne répondraient pas à sa demande, lui laissant de facto le droit de rester en Angleterre tout en ne le lui accordant pas officiellement. Il n’est pas à exclure, dans une hypothèse optimiste, que les policiers soient venus seulement pour lui poser davantage de questions concernant sa demande de résidence.

R. : Au moment de sa disparition, Vincent mettait la dernière main à une étude détaillée, renouvelée et actualisée sur l’affaire d’Oradour-sur-Glane. En savez-vous plus sur les conclusions auxquelles il était arrivé, sur les éléments nouveaux qu’il avait pu trouver ? Pensez- vous que ce travail pourrait avoir un lien, direct ou non, avec sa disparition ?

V. : Quand je le quittais, le lundi 25 octobre à 14h, heure de Londres, Vincent peaufinait en effet son étude sur Oradoursur- Glane. Comme vous le savez, il était question qu’il vous fournît un dossier récapitulatif pour votre procès du mercredi 27 octobre, portant sur le long article du 2 septembre 2020 que vous aviez signé et publié sur Oradour. Je ne souhaite pas, pour l’instant, divulguer les conclusions de Vincent à ce sujet. Je préfère lui donner l’occasion de les divulguer lui-même, il le fera mieux que moi. Il faudra simplement être patient.
Quant au lien supposé entre ce travail et sa disparition, j’en doute fortement. Je pencherais plutôt pour la thèse des autorités britanniques cherchant à le contacter pour des questions d’immigration, ou peut-être une demande d’extradition de la France. À mon avis, c’est un problème spécifiquement légal. Il ne faut pas croire aux revendications de certains journaux ou de certains sites internet, se vantant d’être à l’origine de la disparition de Vincent. Ces personnes pérorent, comme à leur habitude. Il ne faut leur accorder aucun crédit ni leur prêter aucune attention.

R. : Si jamais, à un moment donné, Vincent refait surface, ce que nous souhaitons tous, ne va-t-il pas se trouver en Grande-Bretagne dans une situation impossible, dans une impasse, car s’il milite à nouveau sur Internet par vidéos, s’il a de nouveau la moindre vie sociale, ne risque-t-il pas d’être aussitôt appréhendé puis extradé par la police britannique ? Ne se trouve-t-il donc pas durablement bloqué d’autant qu’il semble également difficile de l’exfiltrer, la Grande-Bretagne étant une île ? Que peut-on faire de concret pour Vincent, selon vous, actuellement ?

V. : C’est un risque en effet. En s’exilant en Grande-Bretagne, Vincent savait que sa liberté sur cette île ne durerait pas éternellement, que celle-ci ne serait qu’un répit de quelques années. Tôt ou tard, il était évident que la France demanderait son extradition, ou qu’une loi anti-révisionniste serait votée par le Parlement britannique. Vincent était donc tout à fait conscient de ce risque. Mais, condamné en France en 2015 à de la prison ferme, il a pu s’exiler au Royaume-Uni. Il a donc su franchir cette frontière.
Je crois que le moyen le plus efficace pour continuer à soutenir Vincent est de diffuser ses travaux, qu’ils soient sous forme de vidéos - que l’on peut trouver sur son blogue - ou sous forme papier - disponibles sur la boutique Sans Concession, qui continue de tourner, et via notre site des Éditions Critias. Comme les lecteurs de RIVAROL l’ont peut-être vu dans la vidéo-interview que nous avons publiée, Vincent consacre toute sa vie et toute son énergie à travailler. Je pense que le meilleur service que nous puissions lui rendre, pour le moment, c’est de diffuser au maximum ce pour quoi il se donne tant.

R. : Vous avez créé et vous dirigez les Editions Critias. Pourquoi ce nom et quel est le but de cette toute nouvelle maison d’édition ? Que proposez-vous à son catalogue ?

V. : Nous avions le projet initial de publier, avec son accord, des textes de Vincent portant sur la philosophie... d’où le nom choisi de “Critias”, en référence au Critias de Platon. Mais notre maison d’édition a rapidement changé d’orientation, surtout depuis les récents événements contés ci-dessus. Nous continuons - et continuerons - à publier des textes de Vincent, certains inédits, mais également à republier des documents historiques concernant, entre autres, la période historique qui nous intéresse, cellelà même qui est l’objet d’étude de Vincent Reynouard : la Seconde Guerre mondiale, et le XXe siècle en général. Ainsi, nous venons de rééditer deux ouvrages méconnus de Philippe Henriot. Le 6 février 1934, contant les tenants et les aboutissants de cette journée funeste, et Ici Radio France, recueillant les allocutions de « l’homme à la voix d’or » sur Radio-Paris. Nous avons trop souvent l’habitude d’entendre un seul son de cloche concernant cette période, les interventions de Pierre Dac à Radio Londres ont totalement occulté celles de son talentueux adversaire de Radio-Paris. Nous éditons également un ouvrage inédit de Vincent Reynouard, Sauver la France et l’Europe, itinéraire idéologique d’un national-socialiste contemporain, dans lequel Vincent détaille son parcours idéologique et explique pourquoi il se définit comme national-socialiste.

Propos recueillis par Jérôme BOURBON.


Philippe Henriot - "Ici, Radio-France"
ici radio france.png

Philippe Henriot - Le 6 février
6 fevrier.png


Jérôme Bourbon - Qu’est devenu Vincent Reynouard disparu depuis un mois sans laisser de traces ?

Philippe Henriot - PDF
Rivarol - PDF

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius