May 2013


Books

Friday, May 31 2013

Kontre Kulture - Conseils de lecture Mai 2013 - Alain Soral

hitler_francais.jpg



Adolf Hitler - Mon Combat
Ouvrages d'Adolf Hitler

Pierre-Joseph Proudhon - La pornocratie

Alain Soral - Comprendre l'empire
Ouvrages d'Alain Soral

Toussenel Alphonse - Les juifs Rois de l'époque
Alphonse Toussenel

Léon Abraham - La conception matérialiste de la question juive

Jean Bertrand - Claude Wacogne - La fausse éducation nationale

Ouvrages d'Ezra Pound

Eustace Mullins - Les secrets de la Réserve Fédérale
Ouvrages d'Eustace Mullins

Edouard Drumont - La France juive
Ouvrages d'Edouard Drumont

Léon Bloy - Le salut par les juifs
Ouvrages de Léon Bloy

Werner Sombart - Les juifs et la vie économique
Ouvrages de Werner Sombart

Karl Marx - La question Juive

Antonio Gramsci - Lettres de la Prison



Kontre_Kulture_alain_soral.jpg


Pour plus d'ouvrages édités par Kontre Kulture


hitler_fips.jpg




Vidéos de Léon Degrelle - Œuvres de Léon Degrelle

Racialism on Balder Ex-Libris

Thursday, May 30 2013

Avis de décès du Révisionniste juif Roger-Guy Dommergue Polacco de Menasce





Chers amis de mon père,
J’ai le triste devoir de vous informer du décès de mon père, monsieur Roger-Guy Dommergue Polacco de Menasce.
Il s’est éteint chez lui dimanche, entouré de nos soins et de notre tendre affection.


Vous trouverez joint:

Dommergue_Roger.png
L’avis de décès paru dans le journal du 29 mai

Dommergue.jpg
La prière qu’il avait écrite à l’occasion de l’agonie de sa propre mère


Roger_Dommergue.png
Une photo datant d’avant l’Accident Vasculaire Cérébral qui l’a frappé début janvier 2013


Ses enfants peuvent être contactés à l’adresse email papa@dommergue.com si vous souhaitez vous joindre à leur peine.
Bien sincèrement,
Aurélien Dommergue



Qui ne connaissait pas le professeur Dommergue Polacco de Menasce ?
Il était un fidèle révisionniste et n’avait pas peur d’afficher ses convictions. Elevé dans la religion juive, il avait totalement renié celle-ci et s’était toujours revendiqué comme libre penseur et agnostique.
Il était le propagateur des thèses de l’endocrinologue Jean Gautier, dont les travaux l’avaient fort impressionné, et il avait créé à Châteauroux l’Institut Alexis Carrel.




Roger-Guy Dommergue Polacco de Menasce en entrevue avec Nenki le 31.08.2010





Pour plus d'informations

Les œuvres de Roger Dommergue

Wednesday, May 29 2013

John Bailey - La pêche à la mouche




John Bailey - La pêche à la mouche
Les poissons, le matériel et les techniques



La pêche à la mouche est l'un des sports les plus populaires du monde, et ce livre vous entraîne à sa découverte. L'auteur, John Bailey, photographe et pêcheur de renommée internationale, parle de la philosophie de la pêche à la mouche et du rôle du pêcheur-naturaliste, avant de considérer les problèmes plus pratiques liés à la pêche et au comportement des poissons traditionnellement pêchés à la mouche. Ce guide détaillé procure à la fois explications et encouragements pour que tous ceux qui aiment ce sport en tirent le meilleur.


Bailey_peche_mouche.jpg


Ce livre vous offre :

DES EXPLICATIONS DÉTAILLÉES SUR TOUS LES ASPECTS DE LA PÊCHE À LA MOUCHE POUR LES PÊCHEURS DE TOUS NIVEAUX, DE DÉBUTANT À EXPERT.

DES CONSEILS PRATIQUES ET DES ENCOURAGEMENTS COMBINÉS À UN SOUCI VÉRITABLE POUR LES POISSONS ET LEUR ENVIRONNEMENT.

200 FABULEUSES PHOTOGRAPHIES EN COULEURS DÉCRIVANT LES TRUCS ET TECHNIQUES EMPLOYÉS PAR LES EXPERTS.








Tuesday, May 28 2013

Hitler's Victory - A Final Appeal For Peace and Sanity



Hitler's Victory - A Final Appeal For Peace and Sanity
July 19th, 1940




This 2 hour video features the audio portion of Adolf Hitler’s ”Victory Speech” on July 19th, 1940 in the Reichstag, Berlin, following Germany’s victory over France and her allies, the British, on the western front in the Spring of 1940. But for the first time, you will hear Hitler’s speech, in its entirety, spoken entirely in English. The speech is his own narration of the events of the war up to that point, from the German perspective, regarding who and what caused the war, and the reasons for his own actions, followed by a final call to reason, in order to stop the hostilities and senseless bloodshed. The English narration is laid over Hitler’s own voice, which is still audible. There is occasionally some tape noise near the beginning which could not be removed.

To my knowledge, no actual video of the speech itself is available; only the audio and text. It was necessary, therefore, to improvise with a compilation of still images and actual historical film footage and quotes from that period to accompany his speech. Essentially, this is Adolf Hitler’s own documentary of the events leading up to the war, from Germany’s perspective, and his record of the events that had transpired up to this stage in the war, in which he declared victory, but nonetheless, offered his hand in peace once again, and made a last appeal to reason.


For more

Justice for Germans

Monday, May 27 2013

Robert Charroux - Le livre des mondes oubliés




Robert Charroux - (Robert Grugeau)
Le livre des mondes oubliés
1971


Champion d'athlétisme, plongeur sous-marin, chercheur de trésors, globe-trotter, journaliste, archéologue, producteur à la R.T.F. ("Le Club de l'Insolite"), Robert Charroux a été porté par sa curiosité à explorer les domaines les plus divers de l'histoire et de l'activité des hommes, loin des sentiers battus et de la science orthodoxe.
L'étude de la Tradition et de la Préhistoire, des voyages de recherche dans les pays des plus anciennes civilisations, la découverte de documents et de messages millénaires, lui firent très tôt pressentir qu'une vérité fantastique, ignorée de la plupart des hommes, pouvait éclairer notre genèses; à son tour, il fit sienne l'hypothèse d'un "univers parallèle", plus authentique que l'univers inventé par les hommes des temps classiques. Convaincu qu'un mystère immense était caché à la connaissance de l'humanité, il s'acharna à le percer, réunit les indices, les documents, les preuves, établit une nomenclature de l'insolite terrestre et composa cette "histoire inconnue de hommes depuis cent mille ans".

L'homme d'aujourd'hui n'a rien inventé, dit Robert Charroux. Tout a déjà été vécu, expérimenté, subi, par les Ancêtres Supérieurs : les hommes ont construit jadis des fusées sidérales; ils ont voyagé dans le Cosmos; ils ont connu les ondes hertziennes, les moteurs à réaction, les moteurs ions solaires, l'énergie atomique; ils ont irradié notre globe et détérioré l'espèce humaine. Mais les derniers survivants de cette humanité supérieure, avant de disparaître ou de sombrer dans l'inconscient - avant de devenir ce que nous appelons "les hommes préhistorique" - ont légué à leurs descendants un Message les mettant en garde contre les conséquences de leurs propres découvertes.

Au cours des siècles, des centres initiatiques et des sociétés secrètes se sont attachés à celer les connaissances fantastiques et dangereuses de ces Ancêtres Supérieures vraisemblablement issu d'une autre planète.
De nos jours, des Centrales de Contre-Vérité et des conjurations freinent l'évolution, cependant que certains savants œuvrent à précipiter l'achèvement de la nouvelle ère et que d'autres, plus lucides, dénoncent le péril où court l'humanité et fondent "L'Institut de la VIE".

Ce n'est là que le cadre général du grand ouvrage que Robert Charroux nous livre aujourd'hui, ouvrage dont le sommaire serait affolant et incroyable si l'auteur n’appuyait chaque assertion par des indices qui donnent à réfléchir, des preuves, des photos, si chaque hypothèse n'était valorisée par un faisceau convergent des faits ou de déductions scientifiquement soutenables.

"Histoire inconnue des hommes depuis cent mille ans" apparaît ainsi comme l’œuvre la plus extraordinaire et la mieux documentée jamais réalisée sur un tel sujet par un écrivain.
Si elle étonne d'abord, elle convainc au fil des pages où s'accumulent les documents et entraîne le lecteur fasciné de la "primhistoire" que vécurent nos ancêtres lointains aux temps fantastiques qu'élaborent en secret les savants qui, demain, seront les Maîtres de Monde.



Ouvrages de Robert Charroux

Pour plus d'informations

Saturday, May 25 2013

Jüri Lina - Under the Sign of the Scorpion



Jüri Lina - Under the Sign of the Scorpion
Rise and fall of the Soviet Empire

Jyri Lina.com


"Nobody knows that Zionism
appeared as a Marxist movement,
a socialist one... Zionism is actually a revolution."
Sergei Lezov, scientist at the Soviet Academy of Science,
Institute for Scientific Information.
Strana i Mir magazine (Munich), No. 3, 1988, p. 94.

"The ideals of Bolshevism
at many points are consonant with
the finest ideals of Judaism."
Jewish Chronicle, 4th April 1919 (London).


The Soviet Empire was established at four minutes past two o'clock on the 8th of November 1917 in the Russian capital, Petrograd. In astrological terms, the sun was just then precisely at the centre of the sign of Scorpio. Thus Scorpio can be regarded as the symbol and guardian of Soviet power.
The planet Pluto in turn, affects those under the direct influence of Scorpio. In the past, Mars was said to rule Scorpio but since Pluto's discovery in 1930 and its subsequent integration into the astrological system, it has assumed its rightful place in the sign of Scorpio. The effects of Pluto, even before its discovery, have always been the same, whether or not they were attributed to another planet.
The fact that the Soviet empire was born under the "wrong" planet demonstrates the inscrutable nature of Pluto, which does not show its true face until the time is ripe to restructure power to its own advantage. It has recently been revealed that the Bolsheviks were well versed in astrology.
Scorpio's field of influence includes power and financial developments at the expense of others. This is why the power-mongers of Scorpio need to stick together - to establish a political Mafia, in other words. Pluto in Scorpio also involves certain hidden circumstances, which are revealed only with the passing of time. The astrologer E. Troinsky claimed as early as 1956 that the Soviet Empire would break up at the beginning of the 1990s.
Due to their vindictiveness, cunning, brutality and art of dissembling, the wards of Scorpio are characterised as extremely dangerous opponents. Those under the power of Scorpio are deeply materialistic extremists who like to exploit others and neither forgive nor forget. If their aims are crossed they become possessed by fury. They stop at nothing to reach these aims. Their true nature remains shrouded in mystery. Scorpio's colour is red and its symbols are the vulture, the snake and the lifeless desert.
In the animal kingdom, the scorpion is known as a poisonous creature that prefers the cover of darkness. It has been known to sting others of its kind if they get in its way.
The reader will see that this description suited the Soviet system, its ideology and leaders. The brutality of Soviet power is well documented. Its ideology bore a distinct likeness to the mirage of the desert, since neither of the two have anything at all to do with reality.
Despite personal experience of Communism, the average subject of the Soviet Empire knew nothing of the fundamentals or essential points of Marxism-Leninism, or of its true origins and history. Everything of importance or in the least bit compromising has been concealed in both Western and Soviet history books.
The former president of the United States, Ronald Reagan, stated that concealment was a kind of falsehood. Therefore, the author would like to reveal a few facts, which corrupt historians usually pass over in silence.
This book deals with Adam Weishaupt, who founded the Illuminist- Socialist movement in the Bavarian town of Ingolstadt on the first of May 1776, and Moses Hess, Karl Marx's guide and teacher, two names, which are not generally known to those who have passed through Marxist educational institutions.
There is a saying: communism is the bloodiest, most difficult and the most terrible way from capitalism to capitalism. The truth of this now appears to be proved by reality.
The representatives of the criminal powers who halted Russia's development and threw the country into chaos have now themselves admitted that life was better in tsarist Russia than in the Soviet Union. As an example of this, a Soviet Russian head clerk in 1968 lived at a standard, which was only 18 per cent of that which a normal Russian clerk enjoyed in 1914. It has also been calculated that a Russian labourer in 1968 lived at a standard, which was only half of his counterpart's in 1914, even counting an inflation rate of 8 per cent per year. Even so, life in Russia was not so hard in 1968 as in 1991, the last year of Soviet power. Workers during the tsarist regime earned 30 roubles per month, teachers and doctors 200. A loaf of bread (410 g) cost 3 kopecks, 410 g of meat 15 kopecks, 410 g of butter 45 kopecks, 410 g of caviar 3 roubles and 45 kopecks.
If we compare the conditions in the USSR with those in the West, we find even sharper contrasts. In 1968, the average standard of living in the United Kingdom was 4.6 times higher than in the Soviet Union. The figures are taken from Anatoli Fedoseyev's book "About the New Russia" (London, 1980).
The last dictator of the Soviet Union, Mikhail Gorbachev (a member of the Trilateral Commission), sought only to mend the roof of his giant empire when its socialist foundations were rotten to the core.
In the West and even in the East, the symptoms of the Socialist disease have been discussed but not its ideological, political, or economic causes. For this reason, I would like to take this opportunity to inform the reader about the ideological foundations of Soviet power and about the real reasons behind the decision to spread Socialism-Communism throughout the world using cunning and violence, a decision, which has resulted in the greatest spiritual, social and ecological catastrophe in the history of mankind.
Important facts, hitherto unknown, about Soviet Communism, its crimes and its criminals, are continually publicised in present-day Russia.
Therefore, intelligent Russians are aware of essentials that are very little known in the West. I have included many such new facts in this second edition of "Under the Sign of the Scorpion", and can present an enlarged work to the reader.

Juri Lina
Stockholm, January 2002.

Friday, May 24 2013

Robert Charroux - Trésors du monde




Robert Charroux - (Robert Grugeau)
Trésors du monde Enterrés, emmurés, engloutis
1972


Champion d'athlétisme, plongeur sous-marin, chercheur de trésors, globe-trotter, journaliste, archéologue, producteur à la R.T.F. ("Le Club de l'Insolite"), Robert Charroux a été porté par sa curiosité à explorer les domaines les plus divers de l'histoire et de l'activité des hommes, loin des sentiers battus et de la science orthodoxe.
L'étude de la Tradition et de la Préhistoire, des voyages de recherche dans les pays des plus anciennes civilisations, la découverte de documents et de messages millénaires, lui firent très tôt pressentir qu'une vérité fantastique, ignorée de la plupart des hommes, pouvait éclairer notre genèses; à son tour, il fit sienne l'hypothèse d'un "univers parallèle", plus authentique que l'univers inventé par les hommes des temps classiques. Convaincu qu'un mystère immense était caché à la connaissance de l'humanité, il s'acharna à le percer, réunit les indices, les documents, les preuves, établit une nomenclature de l'insolite terrestre et composa cette "histoire inconnue de hommes depuis cent mille ans".

L'homme d'aujourd'hui n'a rien inventé, dit Robert Charroux. Tout a déjà été vécu, expérimenté, subi, par les Ancêtres Supérieurs : les hommes ont construit jadis des fusées sidérales; ils ont voyagé dans le Cosmos; ils ont connu les ondes hertziennes, les moteurs à réaction, les moteurs ions solaires, l'énergie atomique; ils ont irradié notre globe et détérioré l'espèce humaine. Mais les derniers survivants de cette humanité supérieure, avant de disparaître ou de sombrer dans l'inconscient - avant de devenir ce que nous appelons "les hommes préhistorique" - ont légué à leurs descendants un Message les mettant en garde contre les conséquences de leurs propres découvertes.

Au cours des siècles, des centres initiatiques et des sociétés secrètes se sont attachés à celer les connaissances fantastiques et dangereuses de ces Ancêtres Supérieures vraisemblablement issu d'une autre planète.
De nos jours, des Centrales de Contre-Vérité et des conjurations freinent l'évolution, cependant que certains savants œuvrent à précipiter l'achèvement de la nouvelle ère et que d'autres, plus lucides, dénoncent le péril où court l'humanité et fondent "L'Institut de la VIE".

Ce n'est là que le cadre général du grand ouvrage que Robert Charroux nous livre aujourd'hui, ouvrage dont le sommaire serait affolant et incroyable si l'auteur n’appuyait chaque assertion par des indices qui donnent à réfléchir, des preuves, des photos, si chaque hypothèse n'était valorisée par un faisceau convergent des faits ou de déductions scientifiquement soutenables.

"Histoire inconnue des hommes depuis cent mille ans" apparaît ainsi comme l’œuvre la plus extraordinaire et la mieux documentée jamais réalisée sur un tel sujet par un écrivain.
Si elle étonne d'abord, elle convainc au fil des pages où s'accumulent les documents et entraîne le lecteur fasciné de la "primhistoire" que vécurent nos ancêtres lointains aux temps fantastiques qu'élaborent en secret les savants qui, demain, seront les Maîtres de Monde.



Ouvrages de Robert Charroux

Pour plus d'informations

Thursday, May 23 2013

Robert Charroux - L'enigme des Andes




Robert Charroux - (Robert Grugeau)
L'énigme des Andes Les pistes de Nazca La bibliothèque des Atlantes
1974


Champion d'athlétisme, plongeur sous-marin, chercheur de trésors, globe-trotter, journaliste, archéologue, producteur à la R.T.F. ("Le Club de l'Insolite"), Robert Charroux a été porté par sa curiosité à explorer les domaines les plus divers de l'histoire et de l'activité des hommes, loin des sentiers battus et de la science orthodoxe.
L'étude de la Tradition et de la Préhistoire, des voyages de recherche dans les pays des plus anciennes civilisations, la découverte de documents et de messages millénaires, lui firent très tôt pressentir qu'une vérité fantastique, ignorée de la plupart des hommes, pouvait éclairer notre genèses; à son tour, il fit sienne l'hypothèse d'un "univers parallèle", plus authentique que l'univers inventé par les hommes des temps classiques. Convaincu qu'un mystère immense était caché à la connaissance de l'humanité, il s'acharna à le percer, réunit les indices, les documents, les preuves, établit une nomenclature de l'insolite terrestre et composa cette "histoire inconnue de hommes depuis cent mille ans".

L'homme d'aujourd'hui n'a rien inventé, dit Robert Charroux. Tout a déjà été vécu, expérimenté, subi, par les Ancêtres Supérieurs : les hommes ont construit jadis des fusées sidérales; ils ont voyagé dans le Cosmos; ils ont connu les ondes hertziennes, les moteurs à réaction, les moteurs ions solaires, l'énergie atomique; ils ont irradié notre globe et détérioré l'espèce humaine. Mais les derniers survivants de cette humanité supérieure, avant de disparaître ou de sombrer dans l'inconscient - avant de devenir ce que nous appelons "les hommes préhistorique" - ont légué à leurs descendants un Message les mettant en garde contre les conséquences de leurs propres découvertes.

Au cours des siècles, des centres initiatiques et des sociétés secrètes se sont attachés à celer les connaissances fantastiques et dangereuses de ces Ancêtres Supérieures vraisemblablement issu d'une autre planète.
De nos jours, des Centrales de Contre-Vérité et des conjurations freinent l'évolution, cependant que certains savants œuvrent à précipiter l'achèvement de la nouvelle ère et que d'autres, plus lucides, dénoncent le péril où court l'humanité et fondent "L'Institut de la VIE".

Ce n'est là que le cadre général du grand ouvrage que Robert Charroux nous livre aujourd'hui, ouvrage dont le sommaire serait affolant et incroyable si l'auteur n’appuyait chaque assertion par des indices qui donnent à réfléchir, des preuves, des photos, si chaque hypothèse n'était valorisée par un faisceau convergent des faits ou de déductions scientifiquement soutenables.

"Histoire inconnue des hommes depuis cent mille ans" apparaît ainsi comme l’œuvre la plus extraordinaire et la mieux documentée jamais réalisée sur un tel sujet par un écrivain.
Si elle étonne d'abord, elle convainc au fil des pages où s'accumulent les documents et entraîne le lecteur fasciné de la "primhistoire" que vécurent nos ancêtres lointains aux temps fantastiques qu'élaborent en secret les savants qui, demain, seront les Maîtres de Monde.



Ouvrages de Robert Charroux

Pour plus d'informations



Charroux_artefact.jpg

Wednesday, May 22 2013

La Guerre eschatologique - Hervé Ryssen

La_Guerre_eschatologique_ryssen.jpg

La Guerre eschatologique - Hervé Ryssen


L’eschatologie, c’est l’étude de a fin des temps. Dans les trois grandes religions monothéistes que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam, il y a cette croyance que le monde que nous connaissons a été créé par Dieu, mais qu’il doit aussi se terminer.
Les cataclysmes, les guerres et toute sorte d’événements terrifiants qui doivent avoir lieu se retrouvent dans chacune de ces grandes traditions, ainsi que chez les anciens Aryas et dans la mythologie nordique. Du combat final contre les forces du mal – la grande guerre de la fin des temps – naîtra un monde régénéré, d’où seront bannis les incroyants et les hérétiques.
L’histoire a donc un sens : celle que lui donnent les hommes. On voit ici que la ligne de fracture ne se situe pas tant entre les adeptes d’une vision linéaire et les adeptes d’une vision cyclique de l’histoire, qu’entre ceux qui croient à une victoire terrestres et qui s’activent en ce sens, d’un côté, et ceux qui vivent dans la nostalgie d’un Âge d’or passé ou la vague espérance d’un paradis éternel dans l’au-delà.
C’est l’eschatologie qui permet de comprendre pourquoi, aux États-Unis, des millions de chrétiens évangéliques sont les plus fervents partisans de l’État d’Israël.
C’est l’eschatologie qui permet de comprendre pourquoi les musulmans sont aujourd’hui leurs ennemis les plus acharnés.
C’est l’eschatologie qui permet de comprendre le triomphe de l’idéologie mondialiste, le long déclin de l’Église catholique et la crise morale que traverse l’Occident.

Hervé RYSSEN




La Guerre eschatologique
Entretien avec Hervé RYSSEN, paru dans l'hebdomadaire Rivarol du 3 mai 2013.


Jérôme Bourbon : Hervé Ryssen bonjour. Vous faites paraître cette semaine votre neuvième livre. Cette fois-ci, vous traitez d’eschatologie. Pourriez-vous d’abord expliquer aux lecteurs de Rivarol ce qu’est l’eschatologie ?

Hervé Ryssen : Bonjour cher Jérôme, et bonjour à tous nos amis de Rivarol, que j’ai toujours grand plaisir à rencontrer. L’eschatologie, pour faire court, c’est l’étude de la fin des temps. Dans les trois grandes religions monothéistes que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam, il y a cette croyance que le monde que nous connaissons doit se terminer un jour. Dans chacune de ces traditions – mais aussi dans la mythologie nordique – des cataclysmes, des guerres et toute sorte d’événements terrifiants doivent se succéder et précéder le combat final contre les forces du mal, duquel naîtra un monde régénéré. On retrouve ce schéma à chaque fois.

Jérôme Bourbon : Quels enseignements avez-vous tirés de votre étude ? Étant donné la proximité des trois religions du livre, pouvons-nous dire qu’il est possible d’envisager un avenir commun ?

Hervé Ryssen : L’eschatologie nous apprend précisément que ces trois religions sont incompatibles les unes avec les autres, pour la simple et bonne raison que leur vision de l’avenir diverge sur ce point fondamental : à la fin des temps, une, et une seule, doit triompher ! Les autres doivent se convertir (chez les chrétiens et les musulmans), ou disparaître purement et simplement. Chez les juifs, en effet, il n’y a pas cette volonté de convertir les autres au judaïsme. Tout le militantisme juif, toute la propagande des intellectuels juifs (à travers leurs discours, leurs films, leurs romans, etc.) consiste à discréditer chez les autres l’idée de religion, de race, de patrie, et tout sentiment d’appartenance, et ce, afin d’élever les juifs au-dessus de la masse des “goys”. Quand toutes les nations auront été détruites, transformées en sociétés multiculturelles, quand toutes les religions auront été anéanties et qu’un gouvernement mondial aura été instauré – sans doute après une grande guerre – une paix “absolue et définitive” régnera sur le monde, pensent-ils. C’est alors que leur messie tant attendu viendra. Les juifs, qui auront su garder leurs traditions, seront alors reconnus par tous comme le “peuple élu de Dieu”.

Jérôme Bourbon : Le suprémacisme juif n’est pas une exception. Les musulmans veulent eux aussi imposer leur domination sur le monde…

Hervé Ryssen : Il y a effectivement aussi dans l’islam cette idée que toute la terre doit se soumettre et accepter le message du Prophète. Mais, comme je vous le disais, il s’agit ici de convertir les autres, et non de les détruire. L’islam n’est pas une secte fermée, comme le judaïsme, mais une religion ouverte, universaliste, tout comme le christianisme, d’ailleurs. Il ne faut cependant pas perdre de vue qu’on trouve à plusieurs reprises dans le Coran l’idée de combattre les infidèles, les armes à la main, s’il le faut. En tant qu’“infidèle”, ça me gêne un peu au niveau du col !

Jérôme Bourbon : Certains patriotes français pensent que les juifs, ou au moins certains juifs, peuvent être des alliés face à la poussée de l’islam en Europe. Qu’en pensez-vous ?

Hervé Ryssen : Depuis une dizaine d’années, une poignée d’intellectuels juifs, qui étaient auparavant de fervents défenseurs de l’immigration, ont effectivement retourné leurs batteries et se sont soudainement transformés, comme par magie, en super-patriotes français, “plus français que les Français”, depuis qu’ils se sont aperçus que tous ces immigrés musulmans qu’ils avaient contribués à faire entrer chez nous n’étaient pas forcément leurs amis. Leur objectif n’est pas de renvoyer ces immigrés dans leurs pays d’origine, mais de les intégrer en douceur, en cassant la force de l’islam. Ils l’ont dit et répété. D’autre part, le discours contre le “fascisme islamique” (“fascislamisme”, écrivait déjà Bernard-Henri Lévy en 2006) est un moyen de préparer les esprits à une guerre contre l’Iran, pays qui ne nous menace pas du tout, en tant que Français, mais qui représente un obstacle pour l’État sioniste au Proche-Orient. Cette rhétorique fallacieuse est donc un attrape-nigauds. En ce qui nous concerne, nous sommes foncièrement opposés à l’implantation massive d’immigrés du tiers-monde sur notre sol, qu’ils soient musulmans ou pas ; et sur le plan international, nous sommes totalement du côté de la Syrie, de l’Iran, ainsi que de tous les pays qui s’opposent à l’axe occidentalo-sioniste. Que les juifs fassent leur guerre eux-mêmes, pour une fois !

Jérôme Bourbon : Comment les théologiens musulmans envisagent-ils la fin de cette confrontation contre le monde occidental et le sionisme ?

Hervé Ryssen : Un théologien comme Imran Hosein a parfaitement compris que l’Occident “chrétien” est aujourd’hui largement judaïsé, du fait d’une propagande cosmopolite incessante dans les médiats. « L’avortement, l’homosexualité, le lesbianisme, l’adultère sont légalisés aujourd’hui… », écrit-il. Ils sont « devenus juifs », dit-il des Européens, à juste raison. Imran Hosein dénonce aussi avec force les manœuvres occidentales en vue de l’instauration d’un « gouvernement mondial ». Pour lui, en tout cas, les choses sont très claires : Dieu a puni une première fois les juifs avec une armée babylonienne ; il les a punis une deuxième fois avec une armée romaine ; la troisième punition sera le fait d’une armée musulmane ; et cette fois-ci, ce sera la bonne ! Quant aux chrétiens, qui n’ont pas su se préserver du nihilisme juif, ils devront cesser d’adorer Jésus comme s’il était Dieu et « seront contraint de le reconnaître comme Prophète. » On note ici une différence de ton entre les musulmans, qui reconnaissent Jésus comme un prophète, et les juifs, qui, dans leur Talmud, insultent le Christ et considèrent qu’il est le fils d’une prostituée et d’un soldat romain. Dans l’eschatologie musulmane, Jésus est aussi parfois considéré comme le “Mahdi” (Celui qui est guidé par Dieu), qui vaincra l’Antéchrist à la fin des temps. Car il y a aussi un “Antéchrist” chez les musulmans. Ils l’appellent le “Dajjal” ; et comme chez les chrétiens, l’Antéchrist, qui viendra persécuter les fidèles avant d’être finalement vaincu, est issu de la secte juive, ce qui n’est guère étonnant !

Jérôme Bourbon : Quelles différences voyez-vous entre l’eschatologie chrétienne et l’eschatologie musulmane ?

Hervé Ryssen : La différence essentielle est que les musulmans croient à un triomphe terrestre, tout comme les juifs, tandis que les chrétiens, et notamment les catholiques, semblent avoir renoncé à toute idée de victoire sur cette terre. L’eschatologie des catholiques est confuse, pour tout vous dire, et n’est pas mobilisatrice, comme chez les juifs ou chez les musulmans chiites, qui travaillent à faire venir leur messie. Dans de rares textes, on peut croire à une évangélisation de toutes les nations. C’est la “sixième période” de l’Église, décrite par le vénérable Barthélémy Holzhauser, qui précède la grande apostasie. À la période suivante, celle de l’Antéchrist, on lit que « la seule victoire possible, pour les chrétiens, en ces jours si terribles, sera d’être vaincus, persécutés, tourmentés et mis à mort, en demeurant fidèles, constants et fermes. » Cet exemple est symptomatique. On voit que les chrétiens sont désarmés, moralement, et les héros qu’ils pourraient être sont transformés en martyrs. Dans l’Église conciliaire d’après le concile de Vatican II (1962-1965), l’eschatologie est encore plus démobilisatrice. Cette fois-ci, l’Église semble avoir épousé la cause du judaïsme. Elle doit être humble, et semble attendre le gouvernement mondial et le règne de l’Antéchrist avec impatience ! La conversion des juifs ? Elle est renvoyée à la fin des temps, et ce n’est jamais du fait du zèle évangélique des catholiques. Il n’y a donc pas ici d’activisme messianique. « Personne ne regrettera les cathédrales gothiques », fruit de notre « orgueil », écrit un théologien, avec l’imprimatur de l’évêché de Paris. On a vraiment l’impression d’un élan suicidaire. Il n’est donc pas étonnant, dans ces conditions, de constater que nos ennemis avancent, et que nous reculons. Tout nous paraît on ne peut plus normal.

Jérôme Bourbon : Qu’en est-il de la “Weltanschaung” du milieu païen ? Pouvez-vous nous-en dire un mot ?

Hervé Ryssen : Le milieu païen en général nourrit une eschatologie qui est assez peu combattive. C’est très facile à comprendre : depuis des décennies, le principal penseur de ce courant de pensée, Alain de Benoist, a ressassé cette idée que chez les Européens d’avant le christianisme, l’histoire était cyclique, et non linéaire. Et tous les penseurs de cette mouvance, après lui, on répété à satiété le mot de Nietzsche : « Ce qui doit tomber, il ne faut pas le retenir, mais le pousser. » Ce qui fait que, tout naturellement, nombre de militants de cette mouvance pensent que le mieux à faire est de regarder mourir cette civilisation, et même d’encourager la décadence, convaincus qu’ils sont qu’un nouveau cycle renaîtra une fois que tout aura été détruit. Ils ne se rendent même plus compte qu’à la fin de ce cycle, les hommes blancs seront morts et enterrés, et qu’ils auront laissé le champ libre à leurs ennemis. Les meilleurs d’entre eux se réclament d’un “pessimisme combattif”. Les esprits moins politiques sont les “traditionalistes”, adeptes de René Guénon et de l’italien Julius Evola. Pour ce courant de pensée, l’histoire est un long déclin, un éloignement progressif de la “Tradition primordiale”, et ce, depuis quelques dizaines de milliers d’années (ou quelques centaines de milliers, selon les interprétations !) Après l’Âge d’or, il y eut un Âge d’argent, puis un Âge de bronze. Nous sommes aujourd’hui dans le quatrième et dernier Âge, l’âge de fer, qui dure plus de six mille ans, mais qui doit se terminer prochainement et clore le grand cycle. Ne sentez-vous pas que vous êtes fatigués ? Il faut attendre que tout se termine, affirme Julius Evola ; il est absolument inutile de tenter quoi que ce soit pour lutter contre le courant de décadence ! On comprend mieux, dans ces conditions, pourquoi les juifs et les musulmans ont le vent en poupe ! Tout est question d’eschatologie ! Pour le reste, j’apporte dans la troisième partie du livre quelques éléments de réflexion qui permettent, je crois, de comprendre le fonctionnement de la guerre psychologique que nous devons mener. Pour faire court : pour nous, douter, c’est déjà trahir !



Hervé Ryssen, La Guerre eschatologique, avril 2013, 192 pages.

Tuesday, May 21 2013

Robert Charroux - Le livre du mystérieux inconnu




Robert Charroux - (Robert Grugeau)
Le livre du mystérieux inconnu
1969


Champion d'athlétisme, plongeur sous-marin, chercheur de trésors, globe-trotter, journaliste, archéologue, producteur à la R.T.F. ("Le Club de l'Insolite"), Robert Charroux a été porté par sa curiosité à explorer les domaines les plus divers de l'histoire et de l'activité des hommes, loin des sentiers battus et de la science orthodoxe.
L'étude de la Tradition et de la Préhistoire, des voyages de recherche dans les pays des plus anciennes civilisations, la découverte de documents et de messages millénaires, lui firent très tôt pressentir qu'une vérité fantastique, ignorée de la plupart des hommes, pouvait éclairer notre genèses; à son tour, il fit sienne l'hypothèse d'un "univers parallèle", plus authentique que l'univers inventé par les hommes des temps classiques. Convaincu qu'un mystère immense était caché à la connaissance de l'humanité, il s'acharna à le percer, réunit les indices, les documents, les preuves, établit une nomenclature de l'insolite terrestre et composa cette "histoire inconnue de hommes depuis cent mille ans".

L'homme d'aujourd'hui n'a rien inventé, dit Robert Charroux. Tout a déjà été vécu, expérimenté, subi, par les Ancêtres Supérieurs : les hommes ont construit jadis des fusées sidérales; ils ont voyagé dans le Cosmos; ils ont connu les ondes hertziennes, les moteurs à réaction, les moteurs ions solaires, l'énergie atomique; ils ont irradié notre globe et détérioré l'espèce humaine. Mais les derniers survivants de cette humanité supérieure, avant de disparaître ou de sombrer dans l'inconscient - avant de devenir ce que nous appelons "les hommes préhistorique" - ont légué à leurs descendants un Message les mettant en garde contre les conséquences de leurs propres découvertes.

Au cours des siècles, des centres initiatiques et des sociétés secrètes se sont attachés à celer les connaissances fantastiques et dangereuses de ces Ancêtres Supérieures vraisemblablement issu d'une autre planète.
De nos jours, des Centrales de Contre-Vérité et des conjurations freinent l'évolution, cependant que certains savants œuvrent à précipiter l'achèvement de la nouvelle ère et que d'autres, plus lucides, dénoncent le péril où court l'humanité et fondent "L'Institut de la VIE".

Ce n'est là que le cadre général du grand ouvrage que Robert Charroux nous livre aujourd'hui, ouvrage dont le sommaire serait affolant et incroyable si l'auteur n’appuyait chaque assertion par des indices qui donnent à réfléchir, des preuves, des photos, si chaque hypothèse n'était valorisée par un faisceau convergent des faits ou de déductions scientifiquement soutenables.

"Histoire inconnue des hommes depuis cent mille ans" apparaît ainsi comme l’œuvre la plus extraordinaire et la mieux documentée jamais réalisée sur un tel sujet par un écrivain.
Si elle étonne d'abord, elle convainc au fil des pages où s'accumulent les documents et entraîne le lecteur fasciné de la "primhistoire" que vécurent nos ancêtres lointains aux temps fantastiques qu'élaborent en secret les savants qui, demain, seront les Maîtres de Monde.



Ouvrages de Robert Charroux

Pour plus d'informations

Saturday, May 18 2013

Bill Mollison - Permaculture




Bill Mollison - Permaculture


Permaculture 1 - Une agriculture pérenne pour l'autosuffisance et les exploitations de toutes tailles

Permaculture 2 - Aménagements pratiques à la campagne et en ville



Vous trouverez dans ce livre une nouvelle méthode pour produire une grande variété d'aliments et de substances utiles, que vous disposiez d'un jardinet ou d'une véritable exploitation agricole.
La permaculture consiste à exalter progressivement les effets bénéfiques que l'on peut obtenir de judicieuses associations de plantes (diverses et nombreuses) et d'animaux (assez divers et nombreux eux aussi) : elle vous apprend à créer une sorte d'« écologie cultivée », ou de semi-culture (arbres et plantes pérennes sont à l'honneur) parfaitement adaptée aux conditions locales, et qui se révèle stable et sûre à l'usage. Plusieurs centaines d'arbres et de plantes sont présentées dans ce livre, sur la base d'une expérience pratique, pour aider votre choix. Il ne s'agit pas d'un retour à la nature, mais d'un pas en avant avec la nature. La démarche des auteurs n'est pas du tout « rétro » : ils vous amèneront à pousser très loin les études et les réflexions préalables, à faire, au départ, une minutieuse planification (la nature n'accepte pas n'importe quoi), basée sur une large information, qu'il faut d'ailleurs constamment renouveler.
Après la période d'installation et à condition de continuer à observer, contrôler, expérimenter, vous verrez combien il est avantageux de faire travailler d'abord votre tête, et d'économiser ainsi votre temps, vos efforts physiques et votre argent. Ce livre vous propose des outils pour participer à un véritable renouveau agricole. Vous joindrez d'ailleurs l'agréable à l'utile : quand elles sont bien menées, les réalisations de la permaculture sont toujours plus belles à regarder, et plus faciles à entretenir, à mesure que votre création évolue vers cet équilibre que vous négociez avec la nature.


Bill Mollison

Friday, May 17 2013

Michael Werner & Thomas Stöckli - Se nourrir de lumière




Michael Werner & Thomas Stöckli - Se nourrir de lumière


Le phénomène est connu depuis longtemps : il a existé et il existe aujourd'hui encore des êtres humains qui sont capables de se passer totalement de nourriture matérielle et de s'alimenter par d'autres moyens.
Par curiosité autant que par intérêt scientifique, Michael Werner, docteur en chimie et directeur d'un institut de recherche sur le cancer, a voulu faire cette expérience. Depuis sept ans, il ne mange plus et se sent parfaitement bien. Il continue de travailler normalement. Dans le cadre d'un projet de recherche universitaire, il s'est soumis dix jours durant à un contrôle strict, basé sur des mesures scientifiques, dans une clinique.
Ce livre est son témoignage. Son but n'est pas d'inciter ses contemporains à ne plus manger, mais de les aider à changer leur manière de penser. En prenant appui sur un cas concret aussi impressionnant, l'auteur veut d'abord contribuer à ouvrir de nouvelles questions en repoussant les limites de nos modèles actuels de pensée.

«L'image matérialiste du monde peut être facilement réfutée. Mais aujourd'hui cela ne suffit plus. On a besoin de la preuve pratique, tout à fait concrète.»

Michael Werner


Thursday, May 16 2013

Blog de Louis Darquier



Blog de Louis Darquier



Dénoncer les négationnistes

Le Centre de Vigilance Républicain pour la Tolérance et la Citoyenneté (CVRTC) lance un appel à la France de la Résistance, à la France héritière des Droits de l’Homme et de nos idéaux les plus démocratiques issus des Lumières et de l’Humanisme, en bref à la France digne de ce nom…
Vous avez une connaissance révisionniste ? Le révisionnisme n’est pas un “opinion” mais un délit inacceptable et punissable par la loi ! Votre devoir de citoyen est de dénoncer cette personne en complétant le bulletin ci-dessous ;-) c’est super facile ! ...


Lettre aux Juifs de constantinople (1489)

Ces deux lettres d’un intérêt capital, ont été découvertes par hasard à la bibliothèque de Salamanque (Espagne) parmi les archives de Tolède. Elles ne seront rendues publiques qu’en 1583, grâce au courage du gentilhomme Julien de Médrano. ...



Wednesday, May 15 2013

Marquis de la Franquerie - Ascendances davidiques des rois de France

Marquis_de_la_Franquerie_Ascendances_davidiques_des_rois_de_France.jpg


Acheter la version papier du livre
Marquis de la Franquerie - Ascendances davidiques des rois de France

André Le Sage de La Franquerie de La Tourre,
Ascendances davidiques des rois de France & leur parenté avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, la Très Sainte Vierge Marie & Saint Joseph

1984


Cette étude est le résultat de nombreuses et longues recherches qui ont amené l’auteur personnellement à une certitude, mais il n’a nullement la prétention de vouloir l’imposer à ses lecteurs.

Le tableau généalogique des ascendances davidiques des Rois de France et leur parenté avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, la Très Sainte Vierge Marie et saint-Joseph, s’établit comme suit. Précisons que nous avons suivi jusqu’à Clovis et Charlemagne le pasteur Milner dans son ouvrage The Illustrious Linéage of the Royal House of Britain, en francisant certains noms.


Lettre – Préface

Le 25 août 1983 Bien cher Ami,

En vous retournant l’étude intitulée « Ascendance Davidique des Rois de France et leur Parenté avec Notre Seigneur Jésus-Christ, la Très Sainte Vierge Marie et saint Joseph », je vous exprime tout d’abord mes remerciements les plus vifs et ma reconnaissance pour toute la confiance que vous m’avez ainsi témoignée, et je viens vous faire part, comme vous avez bien voulu m’en exprimer le désir, de l’essentiel des réflexions qui me sont venues à l’esprit en lisant les pages que vous avez écrites.
De ces réflexions, en voici donc un bref aperçu, trop sommaire à mon gré, eu égard à la nature même du sujet et à sa portée du fait même des arguments et des considérations qui les accompagnent ou que suggère le texte.
A vous lire, on se trouve comme transporté, sans effort, sur ce que j’appellerai l’un des sommets culminants du « Plan de Dieu », de Ses desseins sur la France et dont la finalité suprême porte non seulement sur la Vocation, proprement dite, de notre Patrie selon les vues de Dieu, mais aussi et principalement sur la Personne de ses Chefs : les Rois de France, dont la filiation remonterait au Roi David, établissant ainsi un lien de parenté entre les Rois et Notre-Seigneur Jésus-Christ et, du même coup, avec la Très Sainte Vierge Marie.
Sujet d’une portée immense, touchant, en quelque sorte, à l’Infini de Dieu même, et de nature à surprendre d’autant plus que l’on découvre bien vite qu’en définitive, il s’agit d’un TOUT, parfaitement disposé et ordonné en vue d’établir le Règne de Dieu sur la terre. Ni plus, ni moins.
Oser dire pareille chose en ce temps de trouble et de confusion extrême qui pèse sur l’Eglise et tout autant sur le monde entier, apparaît alors comme une sorte de défi à la raison. Mais les faits s’imposent d’eux-mêmes et les sources sont là et le prouvent sans discussion. La logique de Dieu a de ces traits d’une fulgurante lumière à laquelle on ne saurait résister. C’est ici le cas, il faut bien le reconnaître et le souligner.
Mais depuis Vatican II, où tout se trouve RENVERSÉ, force est de s’attendre à de vives réactions, car, en effet, la thèse présentée ranime aussitôt le souvenir de bien des données doctrinales intangibles par leur nature même, mais qui se trouvent, aujourd’hui, radicalement écartées arbitrairement, par omission ou par suppression pure et simple, et cela, au mépris de la Vérité, de la Justice et de la Foi.
De ces omissions et suppressions la liste en serait longue à donner, depuis le temps que dure le saccage du Trésor de l’Eglise, en voici donc les plus marquantes. Il s’agit tout d’abord, de la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus et du culte à Lui rendre ; en même temps s’y trouve associé le culte marial et tout ce qui s’y rapporte, en particulier et surtout les grandes Apparitions mariales au siècle dernier, et leur suite au cours de ce siècle, en France ou dans d’autres pays. Toutes choses, il faut le savoir, dont le sens profond va dans le sens même du sujet qui nous occupe, et tend vers la même FINALITÉ.
Ce à quoi s’ajoute la Réforme liturgique, dans tous ses aspects et ses applications les plus diverses. Au premier chef, le nouvel Ordo y tient la première place. Le nouvel Ordo substitué frauduleusement à l’ancien, c’est-à-dire à la Messe telle que l’a instituée Notre-Seigneur, au soir du Jeudi-Saint.
Qu’en est-il résulté ? L’abolition de fait, de la messe, du sacrifice propitiatoire institué par Notre-Seigneur, avec toutes les conséquences qui s’ensuivent, dans la réalité des choses, comme on le sait bien, c’est un fait d’expérience. Ici, il convient d’insister sur le fait pour en comprendre la portée par rapport au sujet en cause. Voici donc quelques remarques importantes. Dire que le nouvel Ordo a été substitué à l’ancien n’est pas un excès de langage. C’est Paul VI lui-même qui l’a déclaré lors du Consistoire du 24 mai 1976, à Rome. En voici le texte : « Le nouvel Ordo a été promulgué pour être substitué à l’ancien, après une mûre réflexion et à la suite des instances du Concile Vatican II ». Et Paul VI a tenu à préciser : « Ce n’est pas autrement que notre saint prédécesseur Pie V avait rendu obligatoire le missel réformé sous son autorité à la suite du Concile de Trente. « Cette présentation des faits a soulevé, en son temps, maintes critiques de la part de certains théologiens ou canonistes. La question n’est pas close pour autant, en ce sens que saint Pie V n’a fait qu’entériner, en quelque sorte, les décisions du Concile de Trente. En la circonstance, l’autorité vient du Concile... C’est l’évidence même. Mais laissons là la discussion pendante et avançons dans le cadre de l’analyse entreprise, et revenons au nouvel Ordo.
Sans entrer dans de longs exposés, il suffit de rappeler que les novateurs ceux du Concile comme ceux du Concilium de liturgie en agissant comme ils l’ont fait, ont voulu, c’est manifeste, assurent les commentateurs, faire disparaître de la célébration liturgique de la messe tridentine toute notion relative à la Présence réelle de Notre-Seigneur dans l’Eucharistie, de façon à rendre la « nouvelle messe » accessible, tout à la fois, aux catholiques et aux protestants.
En d’autres termes : l’hérésie admise dans le sanctuaire ! C’est-à-dire, en fait : suppression dans toute célébration de la Personne même du Sauveur.
Mais alors, arrivé à ce point des choses, comment ne pas être frappé par la similitude des objectifs poursuivis à travers le temps et l’histoire pour détruire l’Eglise et la France et que voici.
Hier, le 21 janvier 1793, la Révolution tranche la tête du Roi Louis XVI. N’était-ce pas en haine de Dieu, comme pour faire disparaître, désormais, à tout jamais espéraient bien les ennemis de Dieu, cette « Filiation divine » présente dans la Personne du Monarque ? Filiation divine qui permettait au Souverain d’assumer l’exercice du Pouvoir royal, représenté par le Sceptre, faveur céleste dont il est parlé longuement dans l’étude communiquée.
Et aujourd’hui, que voit-on ? Sinon que l’on a SUPPRIMÉ, dans la célébration liturgique de la Sainte Messe, QUI DONC ?... La Personne de Notre-Seigneur. Quel rapprochement, inattendu certes, mais combien réel et tangible... Bref la révolution continue...
Aussi bien, et pour conclure, faut-il dire que l’étude communiquée ne saurait rester dans l’oubli. Sa publication apparaît indispensable ; il reste à savoir quand et comment, mais, en tout état de cause, sa publication s’impose pour l’honneur de Dieu et de la Très Sainte Vierge, et sans doute, pour contribuer au triomphe de son Cœur Immaculé.
Voilà, cher ami, ce que j’ai cru devoir vous dire, vous en laissant le soin de l’apprécier. Je ne puis en dire davantage aujourd’hui, il me faut terminer. Je vous redis toute mon affection et mes sentiments dévoués. Bien vôtre, cher ami.


M. C.



Les ouvrages du Marquis de la Franquerie

Tuesday, May 14 2013

Christine Delbove - Comment gagner sa vie à la campagne




Christine Delbove - Comment gagner sa vie à la campagne
S'installer - Produire - Vendre


En 2008, le Centre national d'aménagement des structures et exploitations agricoles publiait une étude mentionnant l'attirance des citadins pour la campagne. 8 millions de personnes vivant dans des agglomérations de plus de 100 000 habitants aspirent à s'installer à la campagne. 3 millions d'entre eux ont l'intention de le faire dans les cinq ans à venir. Les deux tiers de ces personnes ont moins de 50 ans et sont cadres ou employés du tertiaire. La classe d'âge des 25-35 ans est celle qui montre le plus d'engouement pour vivre en milieu rural.

Parmi les personnes qui souhaitent s'établir à la campagne, seulement une sur quatre a un projet précis. En majorité, les candidats au départ projettent de s'installer à leur compte en reprenant ou créant une entreprise. Si certains pensent ouvrir un commerce ou faire du télétravail, peu d'entre eux imaginent avoir accès à une activité agricole. En effet, l'installation agricole est considérée comme "gourmande" en foncier. Ceci est vrai dans la majorité des cas. Cependant, il existe des niches d'activités qui, associées à un savoir-faire en commercialisation, donnent un revenu viable pour une famille.

Aujourd'hui, le monde agricole subit une transformation importante. De nombreux agriculteur se posent la question de la rentabilité de leur exploitation, le plus souvent à vocation d'une production unique et intensive. Une activité diversifiée au sein de l'exploitation est parfois la solution pour amener un revenu complémentaire.

En fonction du choix géographique de l'installation, les aspects sont différents. Il faudra tenir compte de la proximité ou non d'une ville et d'un réservoir de clientèle possible. Il est parfois utile de s'établir comme pluriactif. Dans ce cas, le revenu de l'exploitation agricole ne constituera qu'une partie du revenu familial. Le choix de l'activité se fera en fonction du temps que vous pourrez y consacrer, et de vos propres goûts. Certaines productions agricoles demandent très peu de foncier. Elle peuvent être couplées à une activité d'animation. Nous dédions ce livre à tous ceux qui souhaitent améliorer leurs conditions de vie sur l'exploitation agricole sans avoir la possibilité de s'agrandir et à ceux qui veulent s'installer à la campagne et créer leur propre entreprise.

Christine Delbove, l'auteur de ce guide, a toujours vécu à la campagne et connait très bien le monde agricole. Elle a passé de longues années à s'intéresser aux activités diversifiées en agriculture, et à suivre ceux qui se sont installés en milieu rural.


Pour plus d'informations

Monday, May 13 2013

Rahmouna Salah - Fatiha Maamoura - Laissées pour mortes



Rahmouna Salah - Fatiha Maamoura - Laissées pour mortes
Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud



Vendredi 13 juillet 2001


La ville de Hassi Messaoud est une ville pétrolière du centre de l'Algérie. Elle héberge environ 53000 habitants. Diverses entreprises pétrolières s'y sont installées, la ville devenant un lieu où trouver potentiellement emploi et sécurité pour de nombreux Algériens, en pleine guerre civile. Cela entraîna entre autres la création de nombreux bidonvilles autour de la cité.
De nombreuses femmes ont émigré à Hassi Messaoud afin d'y assurer des tâches d'entretien, de secrétariat ou de restauration dans les compagnies pétrolières. Les femmes travaillant mais surtout vivant seules dans une région très traditionnelle sont accusées par les prêcheurs islamistes, d'avoir un « double-emploi », travaillant en entreprise le jour, se prostituant le soir, dans une région frappée par le chômage masculin. Avant les événements, plusieurs femmes avaient fait l'objet d'insultes, certaines se faisant physiquement agresser.

Pendant la prière du vendredi 13 juillet 2001, l'imam, qualifié d'intégriste, s'en prend à la présence des femmes venues des régions du nord-ouest travaillant maintenant dans les compagnies pétrolières. Il les accuse de comportements « immoraux », appelant à un « Jihad contre le diable » afin de « chasser ces femmes fornicatrices ». Selon lui, des femmes vivant seules, sans aucun « wali » (homme gardien de la tradition maliki), ne peuvent être que des prostituées.

Dans la nuit du 13 au 14 juillet, vers 22 heures, une foule de 300 hommes environ prend alors la direction du bidonville El-Haïcha où résident des femmes employées comme femmes de ménage, cuisinières ou secrétaires. Pendant 5 heures, une quarantaine de femmes du quartier sont agressées, rouées de coups, violées, mutilées et traînées nues dans la rue. Leurs maisons sont pillées et pour certaines, brûlées. Certains des agresseurs portaient des armes blanches. La police n'arriva sur place que vers 3 heures du matin, mettant fin aux violences.
Celles-ci se répètent la nuit suivante, puis le 16 juillet dans d'autres quartiers de la ville. Le 17, puis les 23 et 24, les violences s'étendirent à la ville de Tébessa, plus au sud, où des commerces détenus par des femmes seules furent vandalisés.
Plusieurs dizaines de femmes furent hospitalisées, dont 6 étaient à ce moment dans un état sérieux. 95 femmes et enfants trouvèrent refuge dans l'auberge de jeunesse. D'autres prirent des taxis afin de quitter la ville et retourner dans leur région d'origine. Trois des jeunes femmes violées étaient vierges au moment des faits. Le journal La Tribune parle de 4 à 6 décès, ce que les autorités réfutent. Des témoins disent avoir vu plusieurs femmes mortes. En août 2001, l'association SOS Femmes en détresse parle d'une femme morte suite à son agression, et de trois encore hospitalisées.



Pour plus d'informations sur l'Algérie
Pour plus d'informations sur l'Islam

Friday, May 10 2013

David Duke - The Most Famous American Journalist Exposes the Zionist Conspiracy



The Most Famous Journalist in America Exposes the Zionist Conspiracy !
It has a clip of Jewish journalist Carl Bernstein who honestly points out the insanity of the Iraq War staing clearly it was the product of the Jewish Neocons who seek to "remake the world."


Carl Bernstein is the most famous and respected journalists in the USA, and here he says exactly what I have said since before the Iraq War, it is a war created by the Jewish Zionists for Israel not for the United States. Only thing is this mass murder hundreds of thousands of innocent people was based on lies, and we in America paid for it with our treasure and our blood. And we pay for it with hatred and attacks against America for this Zionist War !


Join_the_US_army_and_Fight_for_Zionism.jpg


For more informations
E-books

www.davidduke.com
Donations


clutches_dees.jpg

Thursday, May 9 2013

Marquis de la Franquerie - Jeanne d'Arc la Pucelle




Acheter la version papier du livre
Marquis de la Franquerie - Jeanne d'Arc la Pucelle

André Le Sage de La Franquerie de La Tourre,
Jeanne d'Arc la Pucelle Apôtre & martyre de la royauté universelle du Christ & du caractère sacré & Divin du Roi de France

1988


Cette étude qui, à l’origine, n’était qu’une conférence, a été publiée lors du cinquième centenaire du procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc. Avec imprimatur du Vicaire général N. Lalague, de l’Archevêché d’Auch en date du 30Juin 1956. Elle avait pour but d’inciter les Français à méditer la vie de leur héroïne Nationale et à tirer les leçons qui s’en dégagent avec d’autant plus de ferveur et de confiance que le péril couru par la France est plus grave.
Complètement épuisée, l’auteur a cru de son devoir de la compléter et de la rééditer, la situation de l’Église et de la France pouvant paraître, de nos jours, humainement désespérée.
Parler de Jeanne d’Arc est pour tout Français digne de ce nom toujours très émouvant. Pour l’auteur, qui a très spécialement étudié la vie de la Pucelle et la Mission Divine du Roi et de la France, cela est bouleversant parce que Jeanne d’Arc a très véritablement été la Grande Martyre du caractère sacré et divin de la Royauté en France et aussi de la Royauté Universelle du Christ. Double proclamation qu’elle accomplit d’ordre de dieu. Cette volonté divine annonce et prouve que la salut de l’une comme de l’autre est une certitude qui se réalisera au cours de la crise ultime, maintenant déclenchée.



Pour plus d'informations sur Jeanne D'Arc
Les ouvrages du Marquis de la Franquerie



Sunday, May 5 2013

Adrien Arcand - Exposé des principes et du programme du Parti National Social Chrétien

Expose_des_principes_et_du_programme_du_Parti_National_Social_Chretien.jpg


Exposé des principes et du programme du Parti National Social Chrétien
Cours - Programme
Adrien Arcand, 1934


Le 22 février 1934, au Monument National, à Montréal, c'est la soirée de fondation du Parti national social chrétien d'Adrien Arcand. Des chemises bleues, qui donneront leur nom au mouvement, sont en vente à l'entrée.
Grâce aux positions radicales qu'il défend, le parti récolte de nombreux appuis, seul espoir de renaissance face à la dépravation politique et social de l'époque.


adrien_arcand_chemise_bleu.jpg


Les ouvrages d'Adrien Arcand

Pour plus d'informations


Arcand.JPG

Saturday, May 4 2013

Vers la fin des arts martiaux ?




Vers la fin des arts martiaux ?


Cette petite étude confirme les réserves des grands maîtres des diverses disciplines martiales sur les combats en cage, lors du début de la surmédiatisation il y a environ 10 ans du Mixed Martial Arts (MMA).
La surmédiatisation de ce nouveau sport était louche dès le départ (idem que pour le krav maga israélite), nous savons aujourd'hui qui en a financé la promotion planétaire. Cela allait saper les bases de toutes les disciplines qui ont permis sa création, et à terme la disparition de ces dernières, son but occulte. Un moyen d'obtenir un nouveau sport mondial, en rapport avec le N.O.M.. La forme pensée ainsi créée promeut haine, irrespect, envie de tuer l'adversaire, culte de l'ego, culte du veau d'or, etc. Le tout amplifié par les téléspectateurs à l’échelle mondiale.
C'est donc une action programmée depuis les hautes sphères des futurs dirigeants du N.O.M. à laquelle nous assistons. Aucune spiritualité ne doit survivre, et surtout pas martiale car elles enseignent la liberté d’âme, de corps et d'esprit. Pour y parvenir ils ont choisis le contournement du problème ne pouvant l'aborder de front.
Ils transforment lentement les arts martiaux en un sport unique de type pop-corn/soda tendant vers le catch américain.
Infiltrer tous ces corps pour les détruire de l'intérieur, aurait nécessité une grande énergie, demandé trop de temps et le succès n'était pas garanti, comme nous avons pu le constater dans le Judo. Bien que ce dernier soit totalement sous contrôle des loges maçonniques, sa destruction est jugé trop lente par l'oligarchie, les égrégores martiaux étant trop bien structurés et puissants pour être détruit en une ou deux générations. Ils ont donc contournés le problème en recourant au classique golem : créer un ersatz de l'essence originelle.
C'est l'un des principe fondateur de l'hébraïsme.



ligne.jpg


Extrait de la série japonaise Drangon Ball Z où l'on peux observer le golem Cell s'approprier la technique maîtresse des guerriers de l'espace pour la retourner contre ces derniers.



E-books sur les Arts Martiaux



ligne.jpg



Article tiré du blog l'art de la voie


Avant toute chose je tiens à signaler que cet article n'aurait pas été possible sans le dernier apéro fight organisé par le site masterfight (http://www.masterfight.net/) au cours duquel le gérant de ce site à permis aux participants de constater cette baisse d’intérêt.
De moins en moins de personnes s’intéressent aux arts martiaux et aux pratiques martiales de manière générale. A l’appui, voici un graphique démontrant l’évolution de la recherche du terme « arts martiaux » sur google depuis janvier 2004* en France.

Évolution de l'intérêt pour cette recherche. Recherche sur le Web. France, De 2004 à ce jour.


On constate une baisse alarmante de l’intérêt porté aux arts martiaux. La recherche du terme suit en effet une régression (-78,6%) constante durant toute la période. On remarque de plus que les pics d’activité qui correspondent au mois de septembre de chaque année, sont de moins en moins importants au fil des années, preuve que l’art martial intéresse de moins en moins le grand public. On pourrait penser que cette dynamique n’est pas propre à l’art martial mais à l’ensemble du monde du sport, or, force est de constater que ce n’est pas le cas. En effet, sur cette même période, on constate que les termes handball, basket, ou tennis ne subissent pas ou très peu de diminution. Le terme foot, lui, a vu une augmentation de plus de 50% sur cette même période. Les arts martiaux et les sports de combats semblent donc en crise et intéressent de moins en moins le public.
Cependant il ne faut pas se limiter à la seule recherche du terme art martial pour bien comprendre la baisse d’intérêt que suscite le monde des arts martiaux et sports de combats.

Analyse de la situation

Bien que ce chiffre de -78,6% de recherche du terme « arts martiaux » sur google ait de quoi inquiéter, la situation bien que très préoccupante n’est pas désespérée pour tous les arts martiaux. Voici dans un premier temps un graphique comparant la recherche des termes « judo » et « arts martiaux ».

Évolution de l'intérêt pour cette recherche. Recherche sur le Web. France, De 2004 à ce jour.


Bien qu’il y ait une baisse dans la recherche du terme « judo » de l’ordre de 15,4% qui contraste fortement avec la baisse de recherche du terme « arts martiaux », la baisse est vérifiable au niveau des arts martiaux et sports de combats en général.
Voici un autre graphique reprenant les 5 termes d’arts martiaux ou de sports de combats les plus recherchés sur la période.

Évolution de l'intérêt pour cette recherche. Recherche sur le Web. France, De 2004 à ce jour.


On remarque tout d’abord que le judo et la boxe restent tout de même fermement ancrés dans l’intérêt du public et sont bien plus recherchés que les autres termes. Ainsi la « crise de la boxe » avancée par certain n’est peut-être pas si importante que cela, notamment vis-à-vis d’autres arts martiaux. Hormis ces deux disciplines, on constate que le grand public s’intéresse relativement peu et de moins en moins aux autres arts martiaux.
Il convient maintenant d’analyser cette baisse d’intérêt concernant les arts martiaux à proprement parler. Pour cela on prendra l’analyse de l’évolution des termes suivants : judo, karaté, kung fu, aïkido, kendo et taekwondo. Parmi les arts martiaux, ces derniers étaient les plus recherchés à cette époque et avaient tous en Janvier 2004 un score supérieur à 10 (le maximal de recherche, 100, étant atteint en septembre 2012 par le judo). On aurait pu penser que sur cette période des termes comme jujutsu (ainsi que toutes les orthographes courantes), taiji, wushu ou kravmaga se soient ne serait- ce que légèrement imposés, mais aucun de ces derniers ne dépassera le score de 10 sur cette période à l’exception du jujutsu en septembre 2004.



On se retrouve ainsi avec une baisse générale de l’intérêt pour les arts martiaux d’environ 47,25% sur un peu plus de 8 ans. Cette baisse se vérifie aussi dans les termes évoqués plus hauts comme taichi (-35%) et le jujutsu (-32%). La recherche d’autres noms d’arts martiaux comme le kempo (-78,4%) ont fait une chute vertigineuse.
Il est donc certain que les arts martiaux intéressent de moins en moins le grand public.

L’exception problématique

Il ne faut cependant pas penser que tout ce qui relève de la pratique martiale baisse sur tous les fronts. En effet il y a un terme particulier dont la recherche a augmenté de 18,8% et ce terme est MMA (pour ce dernier un filtre limitatif au milieu du sport à bien évidemment été mis en place pour éviter toute interférence avec une assurance du même nom). Le MMA semble donc intéresser de plus en plus l’opinion publique ce qui est une bonne chose pour cette pratique mais problématique pour le milieu des arts martiaux. En effet, ce terme en Avril 2008 est 8 fois plus recherché en France que le terme art martial.

Évolution de l'intérêt pour cette recherche. Recherche sur le Web. France, De 2004 à ce jour, Sports


En vertu de son nom et du fait qu’il tende peu à peu à supplanter l’ensemble des autres termes recherchés (seul le terme judo l’est encore plus mais peu.), il viendra bientôt un temps ou le MMA sera plus recherché que l’ensemble des autres arts martiaux et deviendra pour le grand public une norme de référence en ce qui concerne les arts martiaux. En effet, ce dernier mal informé et voyant le terme Martial Art, ira par conséquent aligner cette pratique au rang d’art martial à part entière, mais de plus il y a de fortes chances que ce soit ce dernier qui déterminera la vision qu’il aura des arts martiaux. Hors l’image que donne le MMA –et plus particulièrement la médiatisation de cette pratique et de l’UFC- risque d’avoir pour conséquence une dévaluation de l’image des arts martiaux et à long terme, portera inévitablement préjudice aux arts martiaux.
En effet les personnes souhaitant se mettre à un art martial ne pratiqueront que l’art martial dont elles ont connaissance et s’y mettront pour les raisons qu’elles auront développées du fait des connaissances qu’elles ont acquises. Hors si les arts martiaux suscitent de moins en moins d’intérêt et que le MMA en suscite de plus en plus, le risque est que cette pratique vienne remplacer les arts martiaux. De plus, une telle situation risque de devoir laisser le choix à certaines pratiques ; entre se tourner vers la compétition et vers une application en MMA ou sombrer dans l’oubli, ou du moins disparaitre de la scène principale des arts martiaux. A ce titre, on remarque que les grandes fédérations semblent avoir fait le choix de l’adaptation avec la création de pratique telles le profight karaté ou le fighting système. Cependant ce n’est pas la première fois que de tels groupements sacrifient les arts martiaux pour le profit.
Cependant face à un tel constat on est en droit de se demander ce qu’il restera des arts martiaux dans 10 ans.


* sur les graphiques suivant les nombres donnés seront donnés sur 100. La valeur 100- ou valeur étalon- sera celle du terme le plus recherché sur la période allant de Janvier 2004 à Avril 2013 pour la France. Les graphiques ont étés obtenus via Google tendances.


L'art de la voie - Vers la fin des arts martiaux ?




ligne.jpg



HIP Show : Sport de combat libre Russe (MMA)


Alors qu'aux USA on a le MMA et l'UFC pour les combats libres, les russes se sont mis au Hip Show, un sport quasiment aussi violent qui se déroule 2 contre 2 dans une sorte de terrain de jeu. Le terrain dispose de nombreux obstacles, les combattants de Hip Show sont protegés avec un casque et des gants, pour le reste il n'y a quasiment pas de règle !

Friday, May 3 2013

John Cobden - Dachau

Cobden_John_-_Dachau.jpg


John Cobden - Dachau
Reality and Myth


American troops who liberated the infamous Dachau concentration camp on April 29, 1945, were horrified by the corpses of prisioners they found there. The GIs readily believed stories of mass killings in a Dachau "gas chamber".

As John Cobden explains in this easily readable overview, the real story of the Dachau camp is quite different then the widely accepted legend.
Few know, for example, that even after the American takeover of the camp, prisoners continued to die in large numbers. Nearly ten percent of all deaths at Dachau took place after liberation.
Over the years, former Dachau prisoners have told "eyewitness" stories of terrible atrocities committed in the camp, including a "gas chamber" killing thousands of prisoners. As this book conclusively shows, however, these tales disintegrate upon close examination.
Cutting through a fog of confusion, deception and politics, this succinct booklet tells the true story of one of the best-known Third Reich camps, showing how "offical" history of Hitler's first concentration camp has changed dramatically over the years.
Written with passionate devotion to truth and humane senitivity for the suffering of the camp's victims, this booklet concisely and systematically debunks a major historical legend.


For more


Dachau.jpg


John Cobden - Lessons from Dachau
John Cobden - Dachau Version officielle revue et corrigée

Wednesday, May 1 2013

Jules Doublet - Les juifs




Jules Doublet - Les juifs
Leurs passé, leur présent, leur avenir
1893


Ce serait grandement se tromper de croire que la véritable Question juive soit circonscrite dans les tumultueuses animosités qui, à l'heure actuelle, se rattachent à ce mot. La prodigieuse fortune d'Israël, l'insolence du proscrit d'hier, dominateur aujourd'hui, le large contingent qu'il prête à nos pires ennemis, l'animosité sourde ou la haine ouverte qu'il montre trop souvent à l'égard du catholicisme, les trahisons de son or, les impiétés de sa plume, son alliance avec les Francs-Maçons, les dangers véritables qu'il fait courir à la Société chrétienne; d'autre part, les revendications trop légitimes do celle-ci contre de tels dangers, c'est là une poussière aveuglante qui ne laisse pas assez voir le sol d'où elle jaillit. Or, ce sol vaste et profond existe ; il y a une Question juive, question la plus actuelle de toutes, sur laquelle le Cardinal Pitra prononçait naguère ces solennelles paroles : « Nous sommes en présence de l'un des faits graves de l'histoire contemporaine. II faut en effet, remonter bien haut dans les annales de l’église et peut-être faudra-t-il descendre jusqu'à la fin dos temps pour rencontrer un pareil ébranlement. »
Grande question que celle qui a le peuple israélite pour objet ! Question grave, ardue, complexe, mystérieuse et réservée.
Question grâce assurément. Nous pourrions en trouver la preuve tout proche de nous, sous nos yeux. Après des siècles d'immobilité et de silence, tout à coup, comme à l'improviste, le peuple Juif apparaît à notre Société déconcertée plus vivant, plus fort, plus audacieux qu'il n'a jamais été. Il rêve la domination universelle; il y travaille, il commence à y réussir, jusqu'à ce point de jeter dans la stupeur notre Europe en décadence. Comment ce peuple, si petit en nombre, si dénué de ressources durant de longs siècles, honni, haï, rejeté de partout, a-t-il pu parvenir en moins d'un siècle d'émancipation, à une telle puissance et rêver de telles conquêtes ? Ce problème restera à jamais sans solution satisfaisante pour ceux qui se mettent en dehors de la Révélation chrétienne. Pour nous catholiques la question juive est une question grave, surtout à cause de ce que nous savons de ce peuple. Son histoire ne ressemble à aucune autre; son passé est un passé divin. Elu par Dieu pour des destinées étonnamment grandes, dépositaire de la vérité religieuse, des promesses de la Rédemption, du premier Testament accordé à l'humanité, chargé de préparer les jours du Messie, portanteuses veines le sang dont le Messie devait naître, le peuple Juif n'a presque aucun des traits qui caractérisent les les autres peuples. Dans sa splendeur primitive, il dominait par sa civilisation les plus brillants empires; dans son crime et sa chute, il reste impérissable et aucune des destructions humaines n'a prise sur lui; dans sa haine du Christ il est plus passionné qu'aucun autre adversaire ; dans la vie étrange qu'il traîne depuis son déicide, s'il laisse voir un peuple frappé de Dieu, ne montre-l-il pas aussi une immortalité en réserve? Comme l'ange déchu qui, dans sa chute, a gardé ses puissances naturelles, Israël, à travers son crime et son châtiment, conserve ses qualités natives.
C'est là un peuple prodigieusement fort. Nous l'avons émancipé : il nous domine.

Une question juive, question grave entre toutes a surgi. Or, de cette question, qu'on le sache bien, le Catholicisme garde seul les solutions victorieuses, car seul il est le salut de tout peuple et la sauvegarde de toute société. Si les Juifs sont à l'heure actuelle un très grand danger pour la France, pour l'Europe, pour tous les pays où ils dominent en maîtres, le Catholicisme est seul de taille à se mesurer avec eux. D'autre part, c'est dans ce même catholicisme que les juifs trouveront leur véritable sauvegarde. L'Église conserve un invincible amour à ce triste et malheureux Israël que son antique et effroyable prévarication a fait maudire. Elle ne peut passer devant ce grand coupable sans lui donner les larmes de sa pitié et les paroles de sa vie éternelle. Sans l'Eglise catholique ni nos Sociétés modernes ne se tireront du péril juif, ni Israël lui-même ne trouvera de vrai salut.

La question juive est une question ardue. Si la domination juive est désormais un fait acquis et indéniable au milieu de nos Sociétés, comment briser cette domination ? Comment aussi profiler des ressources que la vitalité juive peut prêter à nos caducités et à nos défaillances, sans que cette vitalité nous devienne une insolente et insupportable tyrannie ?Trois conduites également dangereuses sont eu faveur. La Révolution a incliné vers une émancipation à outrance, croyant que plus elle émancipait les Juifs, plus elle en faisait des citoyens ; ne s'apercevant pas que le juif veut avant tout rester juif et former dans l'état un état plus prépondérant que l'Etal lui-même. Le Socialisme s'en viendra tout à l'heure réclamer l'assaut sanglant de la fortune juive. Mais depuis quand les pilleries violentes ont-elles procuré à une Société sa sécurité et sa force ? Hélas ! il en est d'autres qui tranchent à leur façon la question juive. Notre grand monde déchristianisé, sensualiste, fou de bien-être et de plaisirs, a prétendu faire servir Israël à ses vices et aux désastres financiers que ces vices amènent. L'or du juif ouvre à ces désœuvrés des perspectives enchanteresses, tout un monde de jouissances ! Ils s'y précipitent, et, s'il faut pour s'en faire les hôtes flétrir dans une promiscuité messéante la noblesse du baptême chrétien, il n'importe, pourvu qu'ils s'amusent.

Où sera la solution digne et puissante ? Dans l'Eglise catholique. Le jour où les Juifs, désabusés enfin de leurs erreurs, touchés de la grâce, émus de douleur et d'amour retrouveront comme Sauveur celui dont ils font, depuis leur déicide, l'objet d'une haine impie autant qu'implacable, devenus des frères,enfants de l'Eglise, ils apporteront aux Patries terrestres autant de secours qu'ils leur font à l'heure présente courir de dangers. La question n'a qu'une issue et c'est celle-là.
Car, remarquons-le, une pareille question n'est pas seulement grave et ardue; pour la dénouer avec sagesse et puissance, il faut savoir qu'elle est complexe. Étudions-la au Cavaire : elle est là toute vive et elle se montre sous son double aspect. L'Israël déicide est horrible à voir; il poursuit la Victime expirante d'une haine atroce; ses blasphèmes font frémir; il voue au Christ, à ses fidèles, à son Eglise, à la lignée chrétienne entière d'implacables haines et les enveloppe dans une vengeance sans merci. Mais est-ce là tout le peuple juif ? Non certes. A coté de cet Israël maudit, il en est un autre qui pleure, qui prie, qui souffre au pied du Golgotha. Marie est une Juive. Les Saintes Femmes, les Apôtres, les Disciples, l'Eglise de Jérusalem toute entière, ce sont là des enfants d'Israël. Par dessus tout, les dominant de la hauteur des cieux, l'Homme-Dieu qui expire s'est fait selon son humanité fils de David ; le sang qu'il verse pour le salut du monde il l'a pris des veines de ce peuple dont il est le rejeton mille fois béni, ex quibus est Christus se cundum carnem. Impossible à qui prétend étudier la question juive d'omettre cette saisisante considération.
On le peut d'autant moins que par là seulement se découvre le caractère le plus essentiel de la question juive, qui est d'être une question réservée. Dieu seul en est maître ; seul il tient renfermé dans les trésors de sa justice, de sa miséricorde et de sa sagesse, le présent et l'avenir de ce peuple. L'a-t-il pour jamais brisé au jour de son déicide ? Ou bien, après des siècles d'expiation, quand aura pris fin une obstination qui nous semble invincible, tient-il en réserve pour ce Prodigue des grâces de retour et des espérances de pardon ? Quel autre que Dieu peut le dire ?

Etonnante chose ! La situation des juifs préoccupe tous les esprits; les écrits se multiplient pour dénoncer leurs méfaits, signaler leur envahissante fortune, pronostiquer le sort qu'ils réservent à la France et à l'Europe; il n'est bruit partout que du prochain avenir de ce peuple, hier esclave, aujourd'hui dominateur et souverain mais qui se préoccupe de la pensée divine sur ce peuple ? Qui demande à la révélation des lumières pour éclairer cet abîme ? Qui semble se douter que l'avenir de la nation juive est l'impénétrable secret de Dieu ? Il en est ainsi pourtant. Aux termes qu'emploie le grand Apôtre, aux exclamations de stupeur qu'il fait entendre, nous voyons clairement qu'il s'agit ici de l'un des secrets les plus impénétrables de la Providence, que l'avenir du peuple juif répond à l'une des plus vastes œuvres de la sagesse et de la miséricorde de Dieu. Après que l'apôtre a disserté sur la chute d'Israël et sur sa restauration future: O profondeur, s'écrie-t-il, O profondeur des trésors de la sagesse et de la science de Dieu ! Oh ! qu’incompréhensibles sont ses jugements ! Oh ! qu'inscrutables sont ses voies ! qui a connu la pensée divine ?
Qui se fera le conseiller de Dieu ? Qui peut dire ce qu'il est expédient de craindre ou d'espérer, quant aux juifs ? Persécuteurs aujourd'hui, demain ils pourront être des frères, des soutiens, l'appui d'un vieux monde qui s'écroule dans le sensualisme et l'impiété. O profondeur ! .....

La véritable étude de la question juive doit donc se faire à la lumière des Révélations divines : c'est ce que nous allons tenter.



Pour plus d'informations

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius