Claude Nancy - Les races humaines Tome 2


Books

Races humaines Tome 2.jpg


Acheter la version papier du livre - Book Depository - Amazon - The Book Patch
Claude Nancy - Les races humaines Tome 2
(Leurs origines, leurs différences, leurs migrations, leurs mélanges)


Claude Nancy.jpg2019 - 3e édition


Claude Nancy, Médecin et éthologue Belge (1931-2010).
"Étant moi-même d’origine savoyarde éloignée, il me semble avoir hérité ce comportement et cette mentalité si particuliers de cette chevalerie indo-européenne germano-scandinave. Plus j’approfondis mon caractère et mon comportement, mes goûts et mes préoccupations intellectuelles, plus j’ai la certitude d’avoir eu pour ancêtre un de ces vaillants Germano-Scandinaves. Et c’est par fidélité à leur sang et à leur mémoire que ce livre, qui n’est qu’une longue quête de la «Vérité», verra le jour."

Docteur Claude Nancy - Les races humaines Tome 1
Docteur Claude Nancy - Hitler contre Juda




LIVRE I – Les origines

Chapitre I
L’évolution
Chapitre II
L’australopithèque
Chapitre III
L’homo erectus
Chapitre IV
L’homme de Néanderthal
Chapitre V
Aperçu sur l’évolution des Cromagnoïdes entre – 80 000 et – 10 000 ans
Chapitre VI
L’homme de Cro‑Magnon
Chapitre VII
La naissance de l’agriculture
Chapitre VIII
La naissance des cités

LIVRE II – Les différences

Chapitre I
Notions élémentaires de génétique humaine
Chapitre II
Constantes utilisées en anthropologie morphologique
Chapitre III
Les différences morphologiques, physiologiques et pathologiques entre les grandes races
Chapitre IV
Les différences raciales comportementales
Chapitre V
Brèves critiques des arguments habituellement émis par les antiracistes

LIVRE III – Les migrations et les mélanges raciaux

Chapitre I
Le peuplement du continent américain
Chapitre II
Vers l’an 10 000 avant Jésus‑Christ au commencement du néolithique
Chapitre III
la Mésopotamie à l’aurore de l’histoire et la mise au point de l’écriture
Chapitre IV
Histoire de l’Égypte et de l’Asie mineure après Sumer
Chapitre V
Le mésolithique d’Europe
Chapitre VI
L’Europe, du néolithique à l’âge du fer
Chapitre VII
Généralités sur les indo‑européens et sur les cultures de la steppe qui les précédèrent


Taxinomie raciale - PDF
Races - PDF


Extrait :
Mais, un dernier facteur, bien souvent méconnu, va, lui aussi, intervenir dans ces extinctions ethniques et raciales : la disparition du simple désir de survivre et de l’esprit de lutte, par dégradation, ou même par extermination préméditée de l’élite (les 5 % d’alpha), que nous retrouvons dans toutes les espèces animales supérieures.
Lorsque cette élite disparaît brusquement et totalement, suite à une guerre, le reste de la population se laisse mourir et massacrer, ou se laisse assimiler sans résistance, ce qui revient au même.
Des populations de rats, ou d’autres rongeurs, se laissent mourir, lorsqu’ils sont soumis à des froids intenses en l’absence de leurs meneurs. Si ceux‑ci sont présents, ils excitent et encouragent leurs administrés : ces derniers résistent alors beaucoup plus longtemps, même à des froids plus rigoureux. Mais lorsque la réfrigération devient encore plus intense, seuls les meneurs‑élites ne se laissent jamais mourir.
Lors de la guerre de Corée, les Chinois firent un tri parmi la masse de leurs prisonniers américains, suite à leur offensive sur le Yalu. Après quelques jours d’observation, ils séparèrent les meneurs (5 %) des autres. Or, non seulement les 95 % restant ne nécessitèrent pratiquement plus aucune surveillance, mais ils ne tentèrent jamais aucune évasion, et le pourcentage de mortalité augmenta considérablement parmi ces prisonniers croupissants. Si la guerre s’était prolongée et si la surveillance sanitaire chinoise n’avait pas fait un sérieux effort, l’extermination de ces vaincus aurait été totale, car, comme je l’ai déjà expliqué dans mon livre traitant du « Matérialisme biologique », la sélection naturelle s’exerce beaucoup moins d’individu à individu que de groupe à groupe.
Décapiter un groupe de ses élites équivaut à son élimination définitive de la compétition pour la vie, si une nouvelle élite biologique n’a pas le temps de naître en son sein, avec et dans sa génération montante. Le massacre des officiers polonais à Katyn, par les Soviétiques, et la déportation des élites des pays Baltes, représentaient la première phase d’un plan de destruction totale ou d’assimilation totale des peuples concernés.
L’ignoble règlement de compte que fut le procès de Nuremberg, après la seconde guerre mondiale, relève du même but et du même désir de génocide vis‑à‑vis de tout un peuple, en le privant de son élite ; partant, l’Allemagne moderne s’assimile sans protester à la pourriture démocratique, à ses combines, à son aculturation et à son mercantilisme cosmopolite.
D’ailleurs les tueries des deux grandes guerres mondiales n’eurent pour but que l’élimination de l’ensemble des élites européennes. Aucun des pays européens ne s’en est encore remis, plus de 60 ans après le dernier conflit ; surtout pas l’Allemagne qui, à la suite de son holocauste, a perdu plus de 11 millions des meilleurs de ses sujets.
Pour tous les gogos Blancs qui croient encore à la fraternité universelle et aux bonnes intentions des maîtres actuels du monde, les banquiers mondialistes, il est utile de rappeler ici les paroles de deux grands rabbins. Le premier est le grand rabbin de France Sitruk qui a même écrit :
« Le grand responsable du génocide des Juifs aux XXe siècle n’est pas Hitler, mais le Juif qui épouse une Catholique ».
Le Second est le grand rabbin Ben Guigui, de Bruxelles, qui a déclaré dans le journal « Le Soir Illustré » :
« Si ma fille revenait avec un fiancé qui ne serait pas juif, je la foutrais à la porte ».
Que ces maîtres du monde soient racistes à l’extrême ne me dérange guère, mais alors pourquoi interdisent‑ils aux autres et en particulier aux peuples blancs indo‑européens d’être racistes ? Sans doute parce qu’ils savent très bien que la force d’un peuple réside dans son intransigeance raciale.
Pourquoi les ligues antiracistes de l’Ouest, toujours si prompte à pourchasser les racistes de tous poils, deviennent‑elles subitement muettes, lorsque ces propos sont tenus par leurs maîtres à penser ? Qui n’a pas encore compris est un jobastre.

Siegbert Dreyer - England und die Freimaurerei John Earnest - An open letter
WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius