Michel-Antoine Girard - Histoire de Vercingétorix Roi des Arvernes


Books

Histoire de Vercingétorix.jpg


Michel-Antoine Girard - Histoire de Vercingétorix Roi des Arvernes


Asinius Pollion, dit Suétone, pense que les Commentaires de César ont été rédigés avec peu de soin et peu de respect pour la vérité. Il l’accuse d’ajouter foi trop légèrement aux récits des fictions des autres et, soit qu’il ait agi de dessein prémédité ou manqué de mémoire, de dénaturer les siennes. Asinius croyait que César aurait refait et corrigé ses Mémoires. Tel est le degré de confiance qu’inspiraient à un intime ami de César ces Commentaires, dont Hirtius et Cicéron ont admiré la beauté, sans parure, et la grâce simple et naturelle. Ces reproches, adressés par Pollion à César, méritent d’autant plus de considération qu’il avait fait avec le proconsul les guerres des Gaules. Il était du nombre des officiers devant lesquels César, hésitant à commencer la guerre civile, prononça ces paroles devenues si célèbres : « Nous pouvons encore retourner sur nos pas, mais si nous franchissons ce petit pont, tout se décidera par les armes. »
Pollion avait composé une histoire2 qui n’est pas parvenue jusqu’à nous ; et, dans ses attaques contre César, il n’a pu être animé que par l’intérêt de la vérité, puisqu’il suivit toujours la fortune du dictateur, et que, écrivant sous le règne d’Auguste, il se serait bien gardé d’accuser d’infidélité le grand-oncle et le père adoptif de cet empereur, si César n’en eût pas été réellement coupable.
Après avoir lu, dans Suétone, les accusations de mensonges adressées à César par un de ses amis, nous nous proposâmes, en écrivant l’histoire de Vercingétorix, de soumettre toutes les affirmations du proconsul au plus sévère examen ; et c’est aux lecteurs à demander si nous avons suffisamment justifié nos allégations. Diodore de Sicile et Strabon ont été nos guides dans l’appréciation de la civilisation gauloise du temps du proconsul, parce que Diodore fut le contemporain de cet homme célèbre, et que Strabon vécut sous Auguste et sous Tibère : or Diodore et Strabon ayant fait de nombreux voyages dans les pays qu’ils ont décrits et longtemps habité Rome, ont pu recueillir les renseignements les plus complets sur les mœurs des habitants des Gaules, lors de la guerre qui leur enleva leur indépendance. Au reste, si l’on considère attentive-ment les récits de l’historien et du géographe, on voit que, pour le fond, ils sont en parfaite concordance, et l’on n’y découvre que quelques légères différences, qu’il faut attribuer aux progrès accomplis par les Gaulois dans les arts, depuis le règne d’Auguste jusqu’aux dix premières années du règne de Tibère.
Pline l’Ancien, Pomponius Méla, Lucien, Appien d’Alexandrie, Ammien Marcellin, et tous les autres auteurs qui ont traité, plus ou moins longuement, des moeurs gauloises, sont trop éloignés de l’époque de la guerre des Gaules pour faire autorité relativement au degré de civilisation des peuples de cette contrée, lorsque Vercingétorix fut élevé à la royauté des Arvernes. Nous nous abstiendrons de parler ici de ce grand homme, dont les actions feront assez l’éloge, et nous prévenons les lecteurs que, pour les faits historiques empruntés à Plutarque, à Polybe, à Diodore de Sicile, nous nous sommes servi, sans nous astreindre à les reproduire littéralement, des traductions de Ricard, de Buchon, de Ferdinand Hoefer, et de la traduction latine de Strabon par Joannes Philip-pus Siebenkées, imprimée à Leipsik, en 1806, et continuée, depuis le septième livre, par Carolus Henricus Tzschuké. Tout ce qui, dans notre ouvrage, n’est pas appuyé sur des notes est tiré des Commentaires, et principalement du septième livre ; on peut donc facilement vérifier les faits.


Celtes - PDF

Boston T. Party - You & the Police ! Flavien Brenier - Les origines secrètes du
WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius