April 2018


Books

Monday, April 30 2018

Saint-Yves d'Alveydre - La France vraie Tome 1

La France vraie Tome 1.jpg


Joseph Alexandre marquis Saint-Yves d'Alveydre
La France vraie Tome 1 (Mission des français)


Acheter la version papier du livre - Book Depository - The Book Patch


Il faut souvent ramener une nation à ses principes.
Machiavel.




PRÉFACE
Je diviserai ce livre en deux parties.
L’une, pro domo, fera contrepoids à certaines attaques, les pires, je crois, que l’esprit du mensonge ait jamais opposées à l’esprit de vérité, le vice à la vertu, l’athéisme social d’une ville au sacerdoce d’une pensée nationale.
L’autre, Pro patriâ, démontrera dans l’Histoire de France la loi du salut de la Patrie.
Dans le volume entier je mettrai tout ce que la conscience et la pensée d’un homme peuvent donner de sincérités et de clartés.
J’entrerai ainsi de pied en cap dans l’âme d’une capitale pour réveiller celle d’une nation.
Si je réussis, que la France seule en soit glorifiée, sinon, j’aurai fait mon devoir tout entier.
Comme il y a une France vraie et une fausse, il y a un Paris vrai et un faux.
Le vrai Paris, comme son nom et ses armes le disent, est le Vaisseau-pilote de l’Humanité.
Celui-là est ma ville natale : je l’eusse choisi, s’il n’était mon berceau.
Mort ou vif, esprit ou homme, je lui rendrai sa loi synarchique. Il entrera au port sous cet Arc d’Alliance avec son oriflamme aux trois couleurs.
Le Paris vrai vogue dans l’azur, silencieux parmi des étoiles.
Elles s’appellent gloires, vertus, travail, génies.
Le Paris faux fait un vacarme de possédés, grouillant dans toutes les fanges. Elles s’appellent hontes et vices, plaisirs impurs et impuissances.
L’un a sur lui la bénédiction céleste des Aïeux, l’autre emporte leur malédiction comme un coup de foudre au fond de son enfer.
Voilà longtemps que je veille invisible et que je vois tout, longtemps que comme une vigie nationale je regarde et écoute les deux Frances, les deux Paris.
Il n’est rien de grand que le faux n’ait insulté, à commencer par le vrai. Pas une grande oeuvre contre laquelle il n’ait bavé.
Pas un grand homme que sa petitesse n’ait tâché de rabaisser. Pas une vérité, pas une lumière contre laquelle il n’ait levé son sale boisseau. Pas une bonté à laquelle sa gueule n’ait mordu la main.
Non seulement il regimbe contre les grandeurs selon Dieu ; mais, comme l’âne de Silène, il rue encore contre toute grandeur selon les hommes.
Il n’est pas une famille impériale ou royale qu’il n’ait éclaboussée non de lumières comme les prophètes, mais de noirceurs puant le vin vomi.
Ici c’est un fumier de romans pornographiques à faire rougir Priape et se voiler ses filles de joie.
Là, l’insulte est directe : c’est un empereur aussi nécessaire à la sauvegarde de la France que nos propres légions. C’est un souverain qui a pour patron le Prince des Archanges, et auquel le faux Paris singeant le faux Berlin fait assassiner ses aides de camp, qui en haussent les épaules d’indignation.
Plus loin, ce sont des femmes, toutes les grandes dames de l’Univers, âmes parfois plus grandes encore, anges humains.
Elles ont beau aimer la vraie France, être ses soeurs européennes de charité : le faux Paris clabaude toujours, en clapotant dans son bourbier.
Sont-elles alliées à des familles impériales et royales, voientelles s’incliner la majesté de la force devant celle de la bonté, peuvent-elles crier grâce à la guerre au nom du Dieu de paix ?
Vite le ruisseau dit à la borne : agents politiques. Le ruisseau ignore, que ce qu’il appelle des agents n’entrent pas par l’escalier d’honneur des cours.
La borne ignore qu’ils ne montent même pas par l’escalier de service des souverains.
Plus loin c’est la vieillesse qu’on insulte, ce sont des vieillards de quatre-vingt-quatre ans. Leurs longs états de services sont sans tache, leur vie un modèle de travail, de probité et de vertu.
Vite, l’aspic souffle à la vipère : vieillards vicieux.
Silence, reptiles ! le vice c’est vous.
Est-il une majesté sur terre, une sainteté que le faux Paris n’ait reniées, jusqu’à celle des cheveux blancs, jusqu’à celle de la Charité sous la cornette des Soeurs des pauvres ?
Jésus-Christ revenant sur terre ne trouverait plus, non dans le vrai Paris, mais dans le faux, douze apôtres comme à Jérusalem.
Il y trouverait treize Judas pour aller le vendre aux enchères à Rome, à la surenchère à Berlin. Ici, la Bourse monterait, la honte aussi.
Décidément j’aime encore mieux Jérusalem et le Calvaire, Caïphe et ses Pharisiens que ce faux Paris et ses faux Parisiens.
Mais vous, Londres, Berlin, Vienne, Pétersbourg, vous qui portez aussi comme Cybèle des couronnes de tours sous les cieux, ne vous dites pas trop vite Dieu que c’est vrai !
Vous avez toutes sous vos robes de pierre et sous vos pieds le même enfer, les mêmes plaies.


Joseph Alexandre marquis Saint-Yves d'Alveydre - La France vraie Tome 2
Joseph Alexandre Saint-Yves d'Alveydre - PDF

Thursday, April 26 2018

Viva Europa - Aryan community

Viva Europa.jpg


Viva Europa Website
Viva Europa is a White European community based in Central and Eastern Europe


GRATISSIMUM
Welcome to our community. On this website, you will be able to find all the informations you need to know more about us, to contact our public representants, and to understand our goals, our way of life, our spirituality.

Blood - Soil - Discipline
Race - Work - Familly

Our community is based on Race and on the Aryan Spirit. If you want to join us you have to be 100% White, and to be deeply connected to the Aryan Spirit of our ancestors. This Spirit that flow in your veins and that your soul must express. We are workers and familly oriented. We are not a sect, but if you want to be helped by us to settled a new life in a part of Europe where you will be able to raise a familly in a complete White environment, you will have to fallow a minumim of rules, that every gentlemen naturally follow. The people we accept in our community have to seek for a salubrious living.

Why Central Europe ?
After several years of investigations all around the World, our founders have conclude that the Central and Eastern Europe have the best potential, in long terms goals, to start Whites Communities. We are working now for more than 5 years on the first step of this life adventure. The people of this part of Europe have a strong racial and cultural counscious. And they have decided to be part in the futur of mankind. Hungary, Ukraine, Slovakia, Austria, Slovenia, Poland, Romania, Bulgaria, Croatia, Czech Republic, Moldavia, Finland and the Baltic Countries can totaly fullfil the wish of a White Life.


RACE
To pretend to join us you have to be 100% White. We do not accept mixed people, even with few non-white blood. Every Whites are accepted. We welcome Whites from all over the World. If you are born outside of Europe we will be happy to help you to come back to our continent. We do not accept Whites with non-european belief like christianity or islam. To be totally White your spirit has also to be Aryan, not only your blood.

WORK
To live in a White country, you have to work to be an accomplished man. It means that you have to be able to work to earn money to have a decent life. If you are living in Western Europe or North American from the social rent of your governement you will not be able to sustend a Work life in Europe. If you want to Work it will not be difficult to find a job, it is just a question of Will. You will have to be creative and have a pioneer mentality. It's okay you are White ;)

DISCIPLINE
Discipline is very important to us. It is the key that will open you the gates of happiness. Raise a family, build an accomplished man life. If you have the way of life of modern Whites from big cosmopolitan cities like Los Angeles, Paris, London or New York. You will not be able to live in an European traditional environment. Our members are all practissing sports, have famillies, work and fight for the sake of Aryankind.


longhairedteuton.jpg

Wednesday, April 25 2018

Jérôme & Jean Tharaud - L'an prochain à Jérusalem

Jérome Jean Tharaud an prochain à Jérusalem.jpg


Acheter la version papier du livre - Book Depository - The Book Patch - Amazon
Jérôme & Jean Tharaud - L'an prochain à Jérusalem


an_prochain_a_jerusalem.pngEntre le reportage et le récit de voyage, L’an prochain à Jérusalem raconte, avec une liberté de ton difficilement concevable aujourd’hui, la Palestine du début du siècle : au temps du mandat britannique, quand “palestinien” voulait dire “juif”...
Sont ainsi évoqués, avec justesse et de fort pittoresque façon, la fin du règne ottoman, Herzl, les débuts du sionisme, les conflits, vite symbolisés par l’opposition Tel Aviv - Jérusalem, entre ceux qui attendent tout du ciel et ceux qui ne veulent compter que sur leurs propres forces ; la renaissance de l’hébreu ; la protestation arabe, l’inquiétude chrétienne, l’indifférence du baron de Hirsch, la réticence de l’Alliance Israélite Universelle, l’activisme de Ben Yehouda, le soutien d’Edmond de Rothschild et l’ambivalence des juifs américains ; la déclaration Balfour, la folle mise sur pied du premier réseau de renseignement militaire par la famille Aronsohn, et, déjà, le peu d’amour porté par le Quai d’Orsay à l’idée même de home national juif, invention du très retors Foreign Office.


Ernest dit Jérôme Tharaud (1874-1953) et son frère Charles dit Jean Tharaud (1877-1952), proches de Péguy et de Barrès (le chantre du nationalisme français encourageait l’émergence de littératures “nationales”), membres de l’Académie Française, ont beaucoup voyagé : d’abord l’Europe centrale puis l’Orient, proche et lointain, qui les a captivés sans leur faire perdre leur capacité de jugement. Jérôme et Jean Tharaud ont consacré plusieurs ouvrages affectueux et sévères, ironiques et tendres, au monde arabo-musulman et au judaïsme.


Jérome Jean Tharaud.jpg


Jérome & Jean Tharaud - PDF
Biographie


Jérôme et Jean Tharaud L'an prochain à Jérusalem.jpg

Tuesday, April 24 2018

Itsvan Bakony - Jewish fifth column in Japan

Jewish fifth column in Japan.jpg


Itsvan Bakony - Jewish fifth column in Japan


Very few people are aware of the fact that there are a great number of people today who are considered to be of the Japanese race who are in FACT Jewish. The ENCYCLOPAEDIA JUDAICA, JEWISH ENCYCLOPEDIA and other publications go into detail on the history of people in India, China, Ethiopia, Persia and other countries who are today practicing Judaism and calling themselves "Israelites" or Jews.
In a Dumber of countries those who have openly practiced Judaism and supported the State of Israel have been exiled from those countries and many have now become citizens of Israel. However, there is evidence that Jewish traders were abundant in Asia long before the Christian era. These Jews intermarried with the local people and after several generations simulated the appearance of the host people.


Library of political secrets - PDF
Itsvan Bakony - PDF


Itsvan Bakony Jewish fifth column in Japan.jpg

Monday, April 23 2018

Germar Rudolf - Christianity is jewish




Germar Rudolf - Christianity is jewish


Germar Rudolf was born on October 29, 1964, in Limburg, Germany. He studied chemistry at Bonn University, where he graduated in 1989 as a Diplom-Chemist, which is comparable to a U.S. PhD degree. From 1990-1993 he prepared a German PhD thesis at the Max Planck Institute for Solid State Research in conjunction with the University of Stuttgart, Germany. Parallel to this and in his spare time, Rudolf prepared an expert report on chemical and technical questions of the alleged gas chambers of Auschwitz, The Rudolf Report. He conclude in it that “the alleged facilities for mass extermination at Auschwitz and Birkenau were not suited for the purpose as claimed.” As a result he had to endure severe measures of persecution in subsequent years. Hence he went into British exile, where he started the small revisionist outlet Castle Hill Publishers.
When Germany asked Britain to extradite Rudolf in 1999, he fled to the U.S.. There he applied for political asylum, expanded his publishing activities, and in 2004 married a U.S. citizen. In 2005, the U.S. recognized Rudolf’s marriage as valid and seconds later arrested and subsequently deported him back to Germany, where he was put in prison for 44 months for his scholarly writings. Some of the writings he got punished for had been published while Rudolf resided in the U.S., where his activities were and are perfectly legal. Since not criminal under U.S. law, he managed to immigrate permanently to the U.S. in 2011, where he rejoined his U.S. citizen wife and daughter.
He currently resides in southeastern Pennsylvania with his wife and three children.


Marcus Eli Ravage - A real case against the jews

Germar Rudolf - PDF
Germar Rudolf - The chemistry of Auschwitz
Germar Rudolf - Videos
germarrudolf.com


Friday, April 20 2018

Hermann Göring - Germany reborn

Germany Reborn.jpg


Buy the paper version of the book - Book Depository - The Book Patch
General Hermann Göring - Germany reborn - PDF


Goring.jpg


This book, written by the man who would ultimately become Adolf Hitler's deputy, was one of the first attempts to explain the National Socialist revolution to non-Germans. Goering, who was simultaneously Minister of the Interior for Prussia, president of the Reichstag, and Reich Commissioner of Aviation, was a famous figure in the Anglo-Saxon world because of his leadership of the "Flying Circus" World War I fighter squadron. He starts out by briefly but skillfully sketching out the background to the coming of power of the NSDAP, from the time of the end of the First World War, through the tumultuous Communist uprisings to the breathtaking political struggle of Hitler in ultimately gaining power against all the odds. Along the way, Goering openly addresses many of the burning issues of the time-from Jewish Communism and cultural subversion to practical economics.
He also forcefully answers common objections made in other nations against tactics and policies employed by the NSDAP in its path to power and afterward. In this way, Goering explains-and makes no apologies for-his founding of the Geheime Staatspolizei (Gestapo, the Secret State Police), which he said was necessary to stamp out the violent subversion employed against the state by the Communist Party. "For ten months Hitler has ruled Germany. How short the time, but how great the achievement! The German peasant's land is no longer a commodity; it has been removed from the clutches of speculative usurers and has again become sacred and inviolate.
"Nearly seven million unemployed looked expectantly and with despairing eyes to Adolf Hitler. Today, after ten months, nearly half of them have work and maintenance. "Thousands of kilometres of great new roads for motor traffic have been planned and work on them has already begun; new canals are to be made, the motor tax has been abolished, insurance premiums lowered, thousands and thousands of new cars are daily being built."


Edda_Goering.jpg


Introduction
01 Germany's Heritage
02 The War
03 The Rebellion
04 Versailles
05 Weimar
06 Finis Germaniae ?
07 Adolf Hitler
08 Black Friday - November 9, 1923
09 The Tactics of Legality
10 The Leader
11 The Brüning Government
12 The Papen Government
13 The Schleicher Government
14 The Victory - January 30, 1933
15 My Task
(a) The Reorganization of the Police
(b) The Organization of the State Secret Police
(c) The wiping out of Marxism and Communism
(d) Prime Minister of Prussia
(e) Aviation
16 The Making of a Nation
17 For Equal Rights, Honour and Peace


Germany Reborn - Hermann Göring - Introduction - Chapter 1



Hermann Göring - The 300 Spartans


Hermann_Goring_Europa.jpg


Hermann Wilhelm Göring (12 January 1893 – 15 October 1946) was a World War I fighter pilot ace, a leading member of the NSDAP, and a commander-in-chief of the Luftwaffe. By 1940, he was at the peak of his power and influence; as minister in charge of the "Four Year Plan", he was responsible for much of the functioning of the German economy in the build-up to World War II. Hitler promoted him to the rank of Reichsmarschall, a rank senior to all other Wehrmacht commanders, and in 1941 Hitler designated him as his successor and deputy in all his offices. However, he lost influence during the later stages of the war. After the war, he was the most prominent defendant at the International Military Tribunal.


Swastika.jpg


Foreword
I welcome this opportunity of presenting to the English-speaking peoples a few of my ideas about the struggle of the German people for freedom and honour.
I hope that these words will also be accepted by our opponents as a frank expression of my boundless love for my country, to whose service alone I have pledged my whole life.
Berlin, February, 1934.


Germany Reborn Goring.jpg

Thursday, April 19 2018

Richard Lynn - Eugenics A reassessment

Richard_Lynn.jpg


Richard Lynn - Eugenics A reassessment


Lynn argues that the condemnation of eugenics in the second half of the 20th century went too far and offers a reassessment. The eugenic objectives of eliminating genetic diseases, increasing intelligence, and reducing personality disorders he argues, remain desirable and are achievable by human biotechnology. In this four-part analysis, Lynn begins with an account of the foundation of eugenics by Francis Galton and the rise and fall of eugenics in the twentieth century. He then sets out historical formulations on this issue and discusses in detail desirability of the new eugenics of human biotechnology. After examining the classic approach of attempting to implement eugenics by altering reproduction, Lynn concludes that the policies of classical eugenics are not politically feasible in democratic societies.

The new eugenics of human biotechnology - prenatal diagnosis of embryos with genetic diseases, embryo selection, and cloning - may be more likely than classic eugenics to evolve spontaneously in western democracies. Lynn looks at the ethical issues of human biotechnologies and how they may be used by authoritarian states to promote state power. He predicts how eugenic policies and dysgenic processes are likely to affect geopolitics and the balance of power in the 21st century. Lynn offers a provocative analysis that will be of particular interest to psychologists, sociologists, demographers, and biologists concerned with issues of population change and intelligence.


Richard Lynn - Race Differences in Intelligence
Richard Lynn - The Global Bell Curve
Richard Lynn - Vanhanen Tatu - IQ and Global Inequality

Richard Lynn - PDF
Richard Lynn - Sex differences in intelligence
Racialisme, eugénisme - Divers ouvrages

Tuesday, April 10 2018

Marcus Eli Ravage - A real case against the jews

Ravage Marcus Eli A real case against jews.jpg


Marcus Eli Ravage - A real case against the jews
One of them points out the full depth of their guilt

Buy the paper version of the book - Book Depository - The BookPatch - Amazon
Download the ebook file - PDF
Listen the Audiobook


Written by a Jewish author and originally published in The Century Magazine in January 1928.

This article asserts that if Whites understood the depths to which Jews control our countries and their institutions of power and the way in which they wield that power in an effort to destroy our interests, we would rise-up and eradicate them immediately.


Marcus Eli Ravage - PDF


A real case against jews.jpg

Monday, April 9 2018

Ferdinand Ossendowski - Bêtes, hommes et dieux

Ossendowski-Ferdinand-Antoni Dieux.jpg


Acheter la version papier du livre - Book Depository - The Book Patch
Ferdinand Ossendowski - Bêtes, hommes et dieux
L'énigme du Roi du Monde


En Sibérie, Ossendowski un citoyen russe d'origine polonaise est recherché par les Bolchéviks. Il s'enfuit à travers l'immensité sauvage de l'Asie afin de rejoindre la lointaine Inde anglaise où il assuré d'être en sûreté. Bien que cet ancien géologue ait consacré une bonne partie de sa vie à sillonner l'empire russe, il va devoir traverser les régions les plus dangereuses du globe.
Ce récit d'aventures ne se limite cependant pas à une simple histoire de fuite et de survie. Il s'agit aussi d'un grand roman naturaliste rendant hommage à la beauté âpre de l'Asie. L'histoire des derniers soubresauts de la guerre civile russe y est également traitée avec la fameuse rencontre en Mongolie du légendaire baron Ungern.
Grand amateur de mystères, Ossendowski donne enfin une dimension ésotérique à son odyssée lorsqu'il évoque ses expériences chamaniques et sa révélation du mythe du Roi du monde.


Ferdinand Ossendowski



Krasnoïarsk, hiver 1920
Un homme vient d'apprendre qu'on l'a dénoncé aux "Rouges" et que le peloton d'exécution l'attend. Il prend son fusil, fourre quelques cartouches dans la poche de sa pelisse, sort dans le froid glacial et gagne la forêt.
Commence alors une course-poursuite dont il ne sortira vivant, il le sait, que s'il ose l'impossible : gagner à pied l'Inde anglaise à travers l'immensité sibérienne, puis les passes de Mongolie, puis le désert de Gobi, puis le plateau tibétain, puis l'Himalaya...
L'itinéraire qu'il suivra sera quelque peu différent, et si possible plus sidérant encore. Mais ce que le livre révèle - et que le lecteur n'attend pas - c'est, parallèle au voyage réel, une étrange odyssée intérieure qui nous introduit au coeur des mystères de l'Asie millénaire. Car Ossendowski, géologue de son état, n'est pas qu'un savant doublé d'un aventurier. C'est un esprit exalté et curieux qui vit sa marche folle à la manière d'une initiation...


ligne.jpg

Ferdynand Ossendowski, né le 27 mai 1876 près de Ludza (aujourd'hui en Lettonie) et mort à Milanówek (Pologne) le 3 janvier 1945, était un universitaire, aventurier et écrivain polonais connu pour ses récits de voyage et ses témoignages sur la révolution russe.
Enfant, il s’installe avec son père à Saint‑Pétersbourg où il suit sa scolarité en russe. Il s’inscrit à l’université et entame des études de mathématiques, de physique et de chimie. Il commence alors à mener des voyages d’étude puis parcourt les mers d’Asie embarqué sur un bateau qui assure la liaison maritime entre Odessa et Vladivostok. Il publie ses récits consacrés à la Crimée, à Constantinople et à l’Inde.
En 1899, il fuit la Russie à la suite d’émeutes étudiantes et se rend à Paris, où il poursuit ses études à la Sorbonne, ayant notamment le chimiste et académicien Marcellin Berthelot comme professeur. Il retourne en Russie en 1901, et enseigne la physique et la chimie à l’Institut de Technologie de l’Université de Tomsk en Sibérie occidentale. Il donne aussi des cours à l’Académie d’Agriculture et publie des articles consacrés à l’hydrologie, à la géologie, à la physique et à la géographie.
En 1905, il est nommé au laboratoire de recherches techniques de Mandchourie, chargé de la prospection minière, et dirige le département de la Société russe de géographie à Vladivostok. Il visite à ce titre les îles de la mer du Japon et le détroit de Béring. Il est alors un membre influent de la communauté polonaise de Mandchourie et publie son premier roman en polonais, La nuit.
Impliqué dans les mouvements révolutionnaires, il est arrêté et condamné à mort. Sa peine sera commuée en travaux forcés. Mais, il est relâché en 1907 avec l’interdiction de travailler et de quitter la Russie. Il se consacre alors à l’écriture de romans, en partie autobiographiques, qui lui permettent de regagner la grâce des dirigeants. En février 1917, il est nommé professeur à l’Institut polytechnique d’Omsk, en Sibérie. Lorsqu’éclate la Révolution d’Octobre, il se rallie aux groupes contre-révolutionnaires, et accomplit différentes mission pour Alexandre Vassilievitch Koltchak, qui en fait son ministre des finances.
Condamné à fuir avec d’autres compagnons, il raconte son épopée dans Bêtes, Hommes et Dieux, qui sera publié dans les années 1920. Le récit, qui se présente comme un livre d’aventure vécue, commence au moment où Ossendowski vient d’apprendre qu’on l’a dénoncé aux Bolcheviks et que le peloton d’exécution l’attend. Il emporte un fusil et quelques cartouches et gagne la forêt dans le froid glacial.



Pour plus d'informations


Saturday, April 7 2018

Vincent Sarich - Frank Miele - Race The reality of human differences

Vincent Sarich - Frank Miele - Race The reality of human differences.jpg


Vincent Sarich - Frank Miele - Race
The reality of human differences


When the head of the Human Genome Project and a former President of the United States both assure us that we are all, regardless of race, genetically 99.9% the same, the clear implication is that racial differences among us are superficial.
The concept of race, many would argue, is an inadequate map of the physical reality of human variation. In short, human races are not biologically valid categories, and the very ideas of race and racial difference are morally suspect in that they support racism.

In Race, Vincent Sarich and Frank Miele argue strongly against received academic wisdom, contending that human racial differences are both real and significant. Relying on the latest findings in nuclear, mitochondrial, and Y-chromosome DNA research, Sarich and Miele demonstrate that the recent origin of racial differences among modern humans provides powerful evidence of the significance, not the triviality, of those differences. They place the "99.9% the same" figure in context by showing that racial differences in humans exceed the differences that separate subspecies or even species in such other primates as gorillas and chimpanzees.
The authors conclude with the paradox that, while, scientific honesty requires forthright recognition of racial differences, public policy should not recognize racial-group membership.


Races - PDF
Racialism - PDF

Henri Louatron - A la messe noire ou le luciférisme existe

Henri Louatron A la messe noire ou le luciférisme existe.jpg


Acheter la version papier du livre
Henri Louatron - A la messe noire ou le luciférisme existe


Lettre-préface

Paris, 3 octobre 1913.

Cher Monsieur,
J’ai reçu votre manuscrit et je vous remercie vivement de me l’avoir confié.
Je me suis empressé de prendre connaissance de votre récit qui, outre son cachet de véracité et son intensité évocatrice, est tout à fait intéressant et très clair. Vos connaissances, votre honorabilité, votre loyauté, votre impartialité (qui vous serait presque préjudiciable), garantissent la valeur de votre témoignage.
Précis comme un exposé mathématique et coloré comme un tableau sobre aux tons essentiels, il est certes de nature à impressionner fortement un public intellectuel.
Sauf discussion ou réflexion nouvelle, voici, de prime jet, les suppositions qu’il me suggère.
Il y a là un Esprit, lequel est très probablement la manifestation d’un groupe, le porte-parole de beaucoup d’autres esprits similaires, et qui prend à son compte le nom symbolique qui est leur mot de ralliement.
Les chants, les incantations des hommes qui lui rendent un culte, les unifient en un bloc : d’où la force de matérialisation concentrée sur cet être.

Quels sont ces Esprits ? Des élémentals ou des désincarnés ?
Les occultistes considèrent deux sortes d’élémentals : ceux qui ont une existence propre et ceux qui sont artificiels.
Ceux qui ont une existence propre seraient des êtres intelligents n’ayant jamais été incarnés.
Jusqu’à preuve, je ne crois guère à leur existence, car ils me semblent en dehors des données de l’évolution universelle.
Quant aux élémentals artificiels tels que ceux qui, dit-on, gardent certains trésors, ce sont, s’ils existent, des créations fluidiques, des sortes d’automates, de simples machines analogues, par exemple, aux torpilles dormantes, redoutables sentinelles, - d’un mécanisme plus souple, mais pas plus conscientes.
L’hypothèse d’un semblant d’être de ce genre, fabriqué par la pensée des assistants ou par toute autre cause, ne me semble pas, à elle seule, pouvoir expliquer le phénomène relaté.
Je crois plutôt à un désincarné, matérialisant (incomplètement d’ailleurs) son corps astral et y ajoutant des ailes (partie artificielle) pour jouer son rôle d’ange.
Pourquoi ce rôle et ces rites ?
Parce que l’Esprit et ses congénères ne sont pas débarrassés de la mentalité mystique et qu’ils sont, par conséquent, des mystiques à rebours, en raison de l’époque déjà ancienne à laquelle s’est produit leur premier mouvement de révolte.
Pourquoi ces Esprits se sont-ils révoltés ?
Vraisemblablement parce qu’ils ont été persécutés et torturés au nom de la religion qui se disait la religion du Christ.
Ils ne connaissent pas Jésus lui-même ; ils ne connaissent que certains crimes accomplis en son nom.
On les a martyrisés au nom de la croix et voilà pourquoi ils font fouler la croix aux pieds. On les a massacrés au nom de l’hostie, et voilà pourquoi ils font massacrer l’hostie. C’est d’une mentalité violente et sommaire, mais cela n’a rien d’essentiellement infernal (si tant est que ce mot ait une signification essentielle).

La méchanceté ne semble pas être la caractéristique du cénacle qu’ils imprègnent. Cependant il se pourrait que, parmi les fidèles de l’Esprit qui se matérialise, il s’en trouvât qui aient eu à souffrir aussi du parti clérical et aient été victimes d’une captation d’héritage ou de quelque manoeuvre anti-charitable.
La mentalité de l’Esprit qui apparaît ressemble, par certains points, à celles des modernes anarchistes et cette mentalité, il l’infuse à ses partisans de la terre. — Drapeau noir, hostie noire… Est-ce signe de deuil ? Les cérémonies chrétiennes de la désincarnation sont noires ; les Chinois sont bien plus dans l’idéal.
Excusez ces mots à bâtons rompus.
Il suffirait peut-être à ces esprits et à leurs dévots de la terre de connaître la vraie personnalité de Jésus pour que leurs imprécations se sentent tomber dans le vide. Car Jésus n’est pas l’autoritaire envoyé de Jéhovah qu’ils se figurent, mais un libertaire plutôt, un libertaire d’amour.
Une pensée chemin faisant : O doux fils de Joasaph et de Miriam ! Comment seriez-vous accueilli, hélas ! Si vous vous présentiez aujourd’hui au Vatican, vous, l’humble ouvrier charpentier de Nazareth, - ou seulement à l’Archevêché de Paris ? C’est pourtant dans ces palais que l’on vous divinise ! …
Le Jéhovah des princes des prêtres n’était pas le pur principe d’unité, mais une invention théocratique, une sorte d’élémental artificiel créé par l’esprit d’autorité. De même le Jésus de Rome, qui n’est pas le vrai, (témoin le temple de domination romaine qu’on a consacré à son coeur sur la colline de Montmartre).
Et si Celui qui est le vrai apparaissait aux Esprits qui se donnent le nom collectif de Porte-Lumière et à leurs fidèles de ce monde, ils se précipiteraient tous vers Lui, les uns et les autres, avec des larmes ; et après le séculaire malentendu, la grande réconciliation serait consommée.

A l’appui de ce qui précède je me reporte à des manifestations de Jésus qui m’ont paru très véridiques et dont les notations se trouvent reproduites dans La Survie de Mme Rufina Noeggerath. De l’une d’elles j’extrais ce passage :
« La croix ! Portez-la dans vos coeurs comme un souvenir ; repoussez-la toujours lorsque vous sentirez qu’elle impose la tyrannie, lorsque vous verrez surtout se prosterner devant elle, pour l’adorer, le faible qui annihile son droit de réfléchir, d’être libre, son droit à l’amour, au progrès, en s’inclinant devant un signe qui le fait esclave …. Oh ! Alors, alors, repoussez la croix ! … »
Au bas de ce texte vient cette remarque (que je me permets à d’autant mieux de transcrire que j’en suis l’auteur) :
« Note. — Il y a dans cette communication quelques lacunes regrettables : car il était souvent difficile de noter toutes les paroles et il a fallu supprimer certains passages dont la notation était trop incomplète.
Néanmoins on a pu garder de cette manifestation une trace suffisante pour que la grandeur en soit comprise. - Mais au sujet des incarnations de Jésus, ce que l’on ne peut rendre, ce que l’on ne peut communiquer au papier d’un livre, c’est l’atmosphère des séances, c’est le magnétisme captivant, cette impression intense de bien-être moral et même physique qui nous transportaient par anticipation en pleins fluides d’harmonie et qui caractérisaient les manifestations de l’esprit d’amour. Quel dommage de ne pouvoir faire revivre et transmettre ce charme si spécial qui dissipait les méfiances des plus prudents au sujet de la venue d’un si grand Esprit et devenait pour nous tous un signe éloquent d’identité ! … »
L’hypothèse de la suggestion (« psychose », dirait-on au Fraterniste) d’esprits ayant souffert de la persécution (autrefois, étant incarnés), me semble d’autant plus à considérer que, sans elle, la mentalité du cénacle apparaîtrait par trop tératologique ; car la fureur anti-hostiaire de ces braves gens (qui ne semblent pas avoir subi personnellement les mêmes souffrances, ni par conséquent, avoir les mêmes causes de violente irritation) serait inexplicable. La seule formation fluidique par la convergence des assistants me parait donc tout à fait invraisemblable.
Les phénomènes, tout extraordinaires qu’ils soient, semblent bien réels et nullement truqués, tant d’après l’ensemble que d’après les détails du récit, et surtout d’après la manière dont le fantôme disparût.
Toutefois, en, remarquant la conversation finale avec votre hôtesse, l’idée vient que l’appartement est probablement machiné de telle façon qu’on puisse à l’occasion donner de fausses séances (fantasmagoriques) à des enquêteurs gênants pour « faire sombrer sous la risée publique le malin qui oublierait de retenir sa langue ou sa plume ». Même êtes-vous sûr de n’en avoir pas trop dit pour ne pas risquer quelque désagrément quand votre récit va être publié ?
Encore à vous, cher Monsieur, bien cordialement.

J.-Cam. Chaigneau.


Démons - PDF
Satanisme - PDF


H_Louatron_A_la_messe_noire_ou_le_luciferisme_existe.jpg

Thursday, April 5 2018

L'esclavage et la traite des Blancs



Fais Passer l'Info - La traite des Européens
L'esclavage et la traite des Blancs





Esclaves blancs, maîtres musulmans
Un million d’européens, des équipages entiers, hommes, femmes, enfants, capturés et réduits en esclavage, soumis à la torture et aux travaux forcés.

Pierre-Joseph Dumont - Histoire de l'esclavage en Afrique
Les esclaves chrétiens étaient souvent si abondants et si bon marché qu'il n'y avait aucun intérêt à s'en occuper; beaucoup de propriétaires les faisaient travailler jusqu'à la mort et achetaient des remplaçants.

L'esclavage en Afrique par un ancien diplomate
Il y a donc tout lieu de croire que les marchés d'esclaves de Top-Hane se recrutent avec des enfants achetés ou volés en Europe, particulièrement dans les provinces roumaines de Hongrie, si bien qu'il y a quelques années, le parlement Hongrois en avait pris l'alarme. Il paraît que ce sont surtout les zingari, connus pour être des voleurs d'enfants. qui se livrent à ce commerce, soit en vendant les leurs, soit, plus souvent, ceux des autres.

Félix Chapiseau - Au pays de l'esclavage
Mœurs et coutumes de l'Afrique centrale

Georges Meynié - Les Juifs en Algérie - L'Algérie juive
Le devoir de chaque Français, qu'il habite la France ou l'Algérie, est de combattre les Juifs, parce que nous avons déjà appris à nos dépens qu'ils sont une race léthifère. Ils sont, en effet, à l'espèce humaine ce que l'Upas est au règne végétal. Les théories humanitaires, excellentes en principe, doivent en pratique être mûries en serre chaude et appliquées avec une extrême réserve. Il est des antipathies de race que nul effort humain ne saurait éteindre, car cet effort est stérilisé d'avance par des résistances inattendues, des incompatibilités radicales.

Dr. Bill Warner - L'Islam, pourquoi nous avons peur
L'histoire de l'islam en Europe et comment elle nous affecte aujourd'hui, basée sur des chiffres et des faits que vous ne verrez jamais ailleurs. Ces preuves expliquent pourquoi nous avons peur de l'Islam; peur de l'Islam en théorie et en pratique.


Pour plus de documentation gratuite et libre


Wednesday, April 4 2018

Clotilde Bersone - L'élue du dragon

Clotilde Bersone L'élue du dragon.jpg


Acheter la version papier du livre - Book Depository
Clotilde Bersone - L'élue du dragon - PDF
Pseudonyme de Paul Boulin, prêtre du Diocèse de Troyes. - Écrit également sous les pseudonymes de Pierre Colmet, I. de Récalde et Roger Duguet.


Préface à la seconde édition
Les "MÉMOIRES" de Clotilde Bersone

Ce roman est tiré, presque page à page, des Mémoires inédits de Clotilde Bersone, qui aurait été, à Paris, de 1877 à 188o, la maîtresse de J. A. Garfield, élu en 188o Président de la République des États-Unis, assassiné en 1881.
Garfield était clandestinement le chef de la Haute Loge de France des Illuminés, dont la Bersone, sous le nom de Nymphe de la Nuit, fut d’abord l’Affiliée, puis l’Initiée et l’Inspirée, Grande Maîtresse élue de l’Esprit.
Il existe au Hiéron de Paray-le-Monial, - qui fut longtemps un centre occultiste à peine dissimulé, - un double manuscrit authentique de ces Mémoires, datés de 1885. Ce sont, à notre avis, deux brouillons successifs de la déposition canoniquement exigée de Clotilde Bersone pour sa réconciliation avec l’Eglise romaine, à l’adresse de l’autorité diocésaine ou du. Saint-Office. Ce témoignage sent la fugitive apeurée beaucoup plus que la vraie repentie, et il y reste, de ses anciennes manières de voir et de sentir, des traces odieuses. Il se peut même que certaines descriptions de scènes magiques, bien invraisemblables, y soient à interpréter, dans un sens plus allégorique que littéral, comme une menace d’en dire davantage au besoin, sur les dessous de certaines affaires.
N’importe ! Dans sa teneur originelle, en dépit des incertitudes et des contradictions, la pièce demeure un document du premier ordre. On a le droit d’en discuter plus d’un détail, non de lui dénier toute valeur.
Nous en avons encore fait constater l’existence à l’endroit indiqué, postérieurement à notre première édition : toute disparition équivaudrait donc aujourd’hui à un aveu d’escamotage.
La copie sur laquelle nous avons travaillé, avait d’ailleurs été prise, colligée et enrichie de notes d’une rare pertinence par un religieux de la Compagnie de Jésus, dont ses confrères des Etudes, en contestant son existence, nous contraignent aujourd’hui à préciser l’identité : c’était le R. P. Harald Richard, récemment décédé.
Ajoutons enfin qu’il reste à certains témoins autorisés, comme Mme Juliette Adam, un souvenir assez précis de l’activité politique de la prétendue comtesse de Coutanceau, et que nous avons retrouvé mention, dans les journaux de l’époque, de quantité d’incidents rapportés dans ces Mémoires. Si donc quelqu’un se résout à entamer à leur sujet une discussion sérieuse, nous sommes à sa disposition.


Pourquoi, dans ces conditions, n’avoir tiré de cette histoire vraie qu’un roman, dont la présentation - même réduite à quelques arrangements secondaires, - amoindrit fatalement la portée ?

C’est qu’il nous était impossible de prendre juridiquement la responsabilité des graves imputations que l’auteur lance pêle-mêle, dans sa confession, contre toutes sortes de personnages mêlés à l’histoire de la II ? République, non seulement parmi les anticléricaux au pouvoir, mais jusque dans les rangs les plus réputés de l’opposition.
Il nous aurait fallu soutenir la plupart de ces accusations dans une édition critique ; nous avons voulu au contraire, dans une adaptation, n’en retenir que le moins que nous avons pu, en les dépouillant de tout caractère de mise en cause personnelle. Même les noms des Grévy, Ferry, de Lanessan, Tirard ou d’autres moins connus, que nous avons conservés au hasard et souvent laissés à leur orthographe de fantaisie, ne doivent donc pas être pris ici à la lettre, d’une façon à porter à la mémoire de ces hommes publics le moindre préjudice privé. Qu’on les entende seulement, à la place de pseudonymes, comme des appellations quasi obligées, puisqu’il s’agissait d’une époque déterminée et encore toute proche, où rien ne pouvait éviter que certaines physionomies connues figurassent l’Etat, dans cette espèce de procès criminel ouvert, non contre tel ou tel homme en particulier, mais contre le régime.
L’impression principale que nous avons cherché à dégager des pages qui suivent, c’est, en effet, que, depuis 1871, le pouvoir est en France aux mains d’une Puissance occulte, dont le Grand Orient et la Grande Loge ne sont eux-mêmes que des instruments.
En un mot, Satan est notre vrai maître politique ; c’est notre Troisième République qui doit faire régner, au compte de Lucifer, l’Internationale maçonnique ; c’est elle la véritable « Elue du Dragon» : voilà tout le sens, le but et la portée de cet ouvrage.
Nous ne sommes pas même en démocratie, pour reprendre un mot de Mgr Gouthe-Soulard ; nous sommes en démonocratie.


L’accueil fait par le public à la première édition, si vite épuisée, de l’Élue du Dragon, nous est un gage de l’intérêt qu’il réserve à ce nouveau tirage.
De nombreuses traductions nous en ont été demandées déjà à l’étranger puissent-elles contribuer à faire connaître et hardiment combattre le pouvoir des Sectes !
Notons seulement, pour en prévenir le lecteur, que ces Mémoires d’une prostituée .et d’une possédée ne sauraient, malgré toutes les précautions de langage que nous avons prises, être mis qu’entre des mains très averties.


Franc-maçonnerie - PDF

Sunday, April 1 2018

Ernst Zündel - The true story of German-Jewish relations

Ernst_Zundel_-_The_true_story_of_German-Jewish_relations.jpg


Ernst Zündel The true story of German-Jewish relations

Watch it on GAB.ai : Part 1 - Part 2 - Part 3 - Part 4 - Part 5 - Part 6 - Part 7 - Part 8 - Part 9 - Part 10 - Part 11 - Part 12

Ernst Zündel - Truth is no defence


Ernst Zundel (April 24, 1939 – August 5, 2017) was a German-born publisher and author. For more than seven years he was imprisoned, first in Canada and then in Germany, for the peaceful expression of non-conformist views on the Holocaust.
He was married to Dr. Ingrid Rimland Zundel.


Ernst Zündel - Videos
Ernst Zündel - Ebooks PDF

Ernst Zündel died on Saturday August 5
Richard Verrall - Did six million really die ? AudioBook
Michael Hoffman - The great holocaust trial
Ernst Zündel - Off Your Knees Germany !
Ernst Zündel - My Struggle in Canada
Ernst Zündel interviews Dr. Russell Barton
Ernst Zündel - Another Voice of Freedom


WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius